AccueilSociété

"Jesuispartout" : le site antisémite fermé, une enquête ouverte

Publié le

par Lila Blumberg

© LUDOVIC MARIN / AFP

Le nom du site est une référence au principal titre de presse collaborationniste et antisémite en France sous l’occupation nazie.

Le parquet de Paris a ouvert mardi une enquête sur un site antisémite répertoriant des personnalités de confession juive ou présentées comme telles. Le site n’est plus inaccessible depuis mardi en fin de journée.

Un site "nauséabond"

"Le pôle haine en ligne du parquet de Paris, saisi ce [mardi] matin par un signalement de la plateforme Pharos, diligente ce jour une enquête du chef de provocation à la haine, à la discrimination, à la violence à raison de la religion et de diffamation publique à raison de la religion", a indiqué à l’AFP le parquet de Paris.

Les investigations ont été confiées à la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP), a précisé le parquet.

Gérald Darmanin a annoncé mardi sur Twitter, relayant le lien de ce site Internet : "Ce site antisémite est profondément scandaleux et nauséabond. Je signale ces faits, susceptibles de recevoir une qualification pénale, au procureur pour que des poursuites soient engagées contre ses auteurs et le faire fermer au plus vite."

Le ministre de l’Intérieur a agi en application de l’article 40 du code de procédure pénale, imposant à toute autorité ayant connaissance d’un crime ou d’un délit de le signaler à la justice.

Un recensement de personnalités prétendument juives

De nombreux signalements ont été envoyés dans la matinée à Pharos – plateforme permettant aux internautes de signaler des contenus Internet qui leur semblent illicites –, qui indiquait à la mi-journée que cette cartographie "avait été signalée à de très nombreuses reprises".

Le site – dont la page d’accueil est intitulée "Ils sont partout" – affirme présenter un "recensement dûment vérifié de personnalités françaises et internationales" de confession juive, en fonction de leur appartenance au monde politique, des médias, de la culture et de l’économie. Chacune d’elles est associée à une photographie et/ou à une courte biographie.

Le nom du site est une référence à l’hebdomadaire Je suis partout, principal titre de presse collaborationniste et antisémite en France sous l’occupation nazie (1940-1944).

Le site, qui existe depuis au moins 2020, est également associé à plusieurs liens vers des comptes sur les réseaux sociaux, notamment le réseau social russe VKontakte et l’équivalent américain (ultraconservateur et conspirationniste) Gab, le "Google russe" Yandex ou encore la messagerie instantanée Telegram.

"Les hébergeurs et les responsables des réseaux sociaux doivent prendre leurs responsabilités", a également tweeté Gérald Darmanin. "On regarde comment agir aussi" sur ces plateformes, précise-t-on dans l’entourage du ministre.

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :