© HO / Palm Beach County Sheriff’s Department / AFP

Jeffrey Epstein serait mort étranglé, selon l'avis d'un nouveau médecin légiste

De quoi remettre une pièce dans la machine à théories du complot.

Ce sont les conclusions d’un médecin légiste engagé par le frère de Jeffrey Epstein, certes. Toujours est-il que, selon ce spécialiste, les blessures retrouvées sur le corps du riche financier américain ne peuvent avoir été causées par un suicide.

Selon le docteur Michael Baden, ancien médecin légiste de la ville de New York, Jeffrey Epstein, 66 ans serait mort étranglé. Ce dernier s’est exprimé sur le sujet lors d’une émission de télévision de la chaîne Fox News, ce mercredi 30 octobre.

Publicité

Comme le rappelle le New York Times, ses conclusions contredisent la version officielle délivrée par ses collègues de la ville de New York en charge de l’autopsie. Ils ont conclu que Jeffrey Epstein s’était pendu dans sa cellule de la prison fédérale de Manhattan. Ce dernier y était incarcéré depuis le mois de juillet dans l’attente de son procès pour des agressions sexuelles sur mineures.

Selon l’expert dépêché par le frère de Jeffrey Epstein, les blessures retrouvées sur le corps du sexagénaire ne concordent pas avec la thèse du suicide. En particulier la fracture de l’os hyoïde, qui serait "extrêmement inhabituelle pour un suicide par pendaison, et bien plus courante dans le cas d’un meurtre par étranglement".

La police de New York maintient ses conclusions

Et d’ajouter que jamais il n’a jamais vu pareilles blessures causées par une pendaison en 50 ans de carrière. Cette déclaration est de nature à remettre une pièce dans la machine à conspirations. Les circonstances de la mort de cet homme d’affaires accusé de pédophilie sont l’objet de tous les fantasmes depuis le mois d’août dernier.

Publicité

À la suite de ces déclarations de Michael Baden à la télévision américaine, la cheffe des médecins légistes de la police de New York a maintenu ses conclusions.

"Je maintiens fermement la cause de décès que nous avons établie dans cette affaire, a déclaré Barbara Sampson, interrogée par le New York Times. De manière générale, les fractures de l’os hyoïde ou du cartilage peuvent être retrouvées dans des cas de suicides comme d’homicides."

Les spéculations et autres rebondissements devraient continuer tant que les enquêtes diligentées par le FBI et le gouvernement n’ont pas rendu leurs conclusions.

Publicité

Par Clothilde Bru, publié le 30/10/2019

Copié

Pour vous :