© Pascal Parrot/Sygma/Sygma via Getty Images

Jeanne Calment détient bien le record mondial de longévité

Une étude scientifique vient réfuter la thèse selon laquelle sa fille aurait pris sa place.

22 ans plus tard, des interrogations subsistent encore autour de la mort de Jeanne Calment, aka la doyenne de l’humanité. A-t-elle vécu 122 ans et par là même, détient-elle le record mondial de longévité ? Ou a-t-elle été remplacée par sa fille qui aurait, toute sa vie durant, menti sur son âge ?

Cette thèse en particulier a émergé en 2018. Des chercheurs russes ont alors avancé l’hypothèse spectaculaire selon laquelle Jeanne Calment serait en réalité morte en 1934. C’est alors que sa fille Yvonne aurait usurpé son identité.

Publicité

Jusqu’à aujourd’hui, l’incroyable théorie remportait un franc succès. Toutefois lundi 16 septembre, une nouvelle étude publiée par le Journal of Gerontology entend bien mettre un terme à la controverse.

Comme l’expliquent ses auteurs, des scientifiques suisses et français, il s’agit de "répondre aux accusations de cette théorie du complot, et d’apporter la preuve que ces accusations sont basées sur des faits inexacts ou sans aucun rapport avec la mort d’Yvonne Billot-Calment."

De quels nouveaux éléments s’agit-il ?

Selon l’étude russe qui a semé la discorde, c’est Yvonne qui serait enterrée sous le nom de Jeanne Calment. Elle serait donc morte à 99 ans et pas 122 ans comme nous l’aurions longtemps cru. La fille de Jeanne Calment aurait ainsi vécu pendant 63 ans sous une fausse identité.

Publicité

Premier élément apporté par les chercheurs suisses et français pour réfuter cette théorie : la "foule particulièrement nombreuse" lors des obsèques d’Yvonne Calment à Arles en 1934. 

Impossible que tout le monde ait pu être dupé par la supercherie et prendre la fille pour la mère, assurent les chercheurs, sauf à tous être complices.

Ces derniers ont également mis à jour des documents attestant de l’état de santé d’Yvonne Calment. La fille de la doyenne de l’humanité était malade depuis plusieurs années, ce qui permettrait d’expliquer son décès prématuré à l’âge de 36 ans.

Publicité

Enfin l’un des arguments phares des scientifiques russes était d’assurer que la probabilité de vivre jusqu’à 122 ans, en étant né en 1875 était infime : "une chance sur 10 millions."

"Une probabilité certes mince, mais qui est loin de faire de Mme Calment une impossibilité statistique", selon un des coauteurs de l’étude, le Dr François Hermann, gériatre aux Hôpitaux universitaires de Genève et spécialiste de l’épidémiologie des personnes âgées, interrogé par l’AFP. D’ailleurs les personnes dépassant les 122 ans devraient être de plus en plus nombreuses selon ce dernier.

Est-ce vraiment la fin de la controverse ? Pas sûr. Il est très compliqué de tuer définitivement une théorie du complot, surtout lorsqu’elle est aussi romanesque que celle-ci.

Publicité

Par Clothilde Bru, publié le 16/09/2019

Copié

Pour vous :