Jean-Pierre Elkabbach confronte l'ambassadeur d'Iran qui a refusé de serrer la main à une journaliste

 "Je vous serre la main. Si j'étais une femme, vous m'auriez serré la main ?", a lancé l'intervieweur politique à l'ambassadeur d'Iran, Abolghassem Delfi, ce jeudi 26 avril sur CNews.

Posée à la dixième minute d'un entretien consacré à l'accord sur le nucléaire iranien – duquel les États-Unis envisagent de se retirer –, cette question de Jean-Pierre Elkabbach arrive un peu comme un cheveu sur la soupe, prenant l'ambassadeur de court.

Publicité

Ce dernier lui répond alors que s'il avait été sa sœur, sa mère ou sa grand-mère, il lui aurait bien volontiers serré la main. "Et si j'étais une journaliste femme ?" insiste Jean-Pierre Elkabbach. "D'après certains engagements de notre religion, nous respectons les femmes, mais on ne leur serre pas la main", indique Abolghassem Delfi.

L'intervieweur enchaîne ensuite rapidement sur l'invité suivant, laissant les téléspectateurs ayant assisté à la scène un chouïa circonspects. Ce n'est que grâce au tweet de Romain Desarbres, journaliste de la chaîne, que la séquence a pris tout son sens.

Publicité

L'ambassadeur d'Iran avait manifestement refusé de serrer la main de Clélie Mathias en coulisses. Une version que la journaliste – avec laquelle Romain Desarbres coprésente la matinale de la chaîne – a par la suite confirmé sur Twitter.  

Publicité

Publicité

Cet épisode fait écho à une situation qui s'est déroulée il y a quelques jours à la télévision belge. Invité d'une émission sur RTL-TVI, Redouane Ahrouch, cofondateur du parti Islam, avait refusé d’être maquillé par une femme, avant de soigneusement éviter de croiser le regard d'une journaliste en plateau. 

Par Clothilde Bru, publié le 26/04/2018

Copié

Pour vous :