AccueilSociété

Jean Castex précise la stratégie du gouvernement sur les vaccins et la fin d'année

Publié le

par Clothilde Bru

© Capture écran / France Info

"Le début de la vaccination est une question de semaines."

Ce jeudi 3 décembre, le Premier ministre Jean Castex a exposé la stratégie du gouvernement pour une campagne de vaccination qui devrait commencer dans les semaines qui viennent. Après les couacs autour des masques puis des tests, les Français attendent le gouvernement sur cette étape-clé pour venir à bout du coronavirus.

En préambule, le Premier ministre a rappelé que la situation s’améliore progressivement en France. On devrait passer sous la barre des 10 000 cas quotidiens en moyenne dans les jours qui viennent. Pour rappel, le gouvernement attend que nous passions sous le seuil des 5 000 nouveaux cas par jour pour pouvoir envisager un déconfinement.

De même, la pression sur les hôpitaux s’allège, avec 3 488 personnes hospitalisées en réanimation hier soir, a précisé Jean Castex.

Le Premier ministre a également confirmé que les lieux de cultes pourront rouvrir dès demain, en suivant la règle d’un siège occupé sur trois et d’une rangée sur deux.

Il a confirmé que la nouvelle phase d’assouplissement pourrait commencer le 15 décembre prochain. On passera alors à un régime de couvre-feu de 21 heures à 6 heures du matin, sauf pour les réveillons des 24 et 31 décembre.

Il sera également possible de se déplacer partout en France sans attestation pendant la journée.

Les "activités entraînant le plus de risque" resteront interdites, a ajouté le Premier ministre, sans citer nommément les bars ou les restaurants.

S’agissant des réveillons des 24 et 31 décembre, le gouvernement recommande de limiter les rassemblements à six personnes maximum sans compter les enfants. Un avis définitif sera rendu à ce sujet en début de semaine prochaine.

"Une étape très importante"

S’agissant de la campagne de vaccination, une "étape très importante", le Premier ministre a confirmé les grandes lignes de la stratégie dessinée par la Haute Autorité de la santé en début de semaine.

Selon le premier ministre, l’Agence européenne du médicament se prononcera sur les deux vaccins les plus avancés, Pfizer/BioNTech et Moderna, pour lesquels l’Union européenne a passé commande, avant le 29 décembre.

Comme annoncé par la Haute Autorité de la santé, la campagne ciblera d’abord les personnes âgées en établissements et leurs personnels – soit un million de personnes environ.

Puis elle sera élargie aux quelque 14 millions de personnes à risques du fait de leur âge ou de pathologies chimiques, ainsi qu’aux personnels de santé. Cette étape aura lieu de février jusqu’au printemps.

En phase 3, enfin, le vaccin sera distribué au reste de la population."Tout le monde ne pourra pas se faire vacciner immédiatement", a rappelé le Premier ministre. "Le début de la vaccination est une question de semaines", a assuré Jean Castex, alors que la marche semble s’accélérer chez certains de nos voisins.

La France disposera d’un potentiel de 200 millions de doses, ce qui permettrait de vacciner 100 millions de personnes, dans la mesure où le vaccin s’administre en deux fois. Ce chiffre inclut également une marge d’erreur en cas de perte ou de non-homologation d’un vaccin.

La vaccination sera gratuite pour toutes et tous.

"Nous serons prêts", a assuré le Premier ministre après avoir rappelé les défis logistiques soulevés par ces millions de vaccins, qui se conservent à des températures dépassant les - 70 °C pour l’un d’entre eux.

Cette stratégie vaccinale sera présentée devant le Parlement au cours du mois de décembre, a conclu le Premier ministre.

À voir aussi sur news :