AccueilSociété

Japon : les habitants de Yamato n'ont plus le droit de regarder leur téléphone en marchant

Publié le

par Lila Blumberg

© Behrouz MEHRI / AFP

C'est une première au Japon.

Des piétons avançant les yeux rivés sur l’écran de leurs smartphones, finissant par se cogner ou pire, entraîner des accidents : c’est une scène devenue habituelle partout dans le monde. À Yamato, une ville de la banlieue de Yokohama, près de Tokyo, l’interdiction de regarder son écran de smartphone en marchant est entrée en vigueur le 1er juillet. 

"Veuillez utiliser vos smartphones après avoir cessé de marcher"

Depuis mercredi, les voyageurs qui arrivent à la gare de Yamato sont accueillis par des messages sur des bannières annonçant qu’il était désormais interdit de consulter son smartphone en marchant sur la voie publique et dans les parcs de la ville. "L’usage des smartphones en marchant est interdit. Veuillez utiliser vos smartphones après avoir cessé de marcher", avertissait une voix féminine enregistrée, à proximité d’hommes, masques chirurgicaux sur le visage, tenant en silence les bannières.

Cette interdiction adoptée fin juin par la municipalité ne prévoit toutefois pas de sanctions à l’encontre des récalcitrants. Les autorités locales comptent plutôt sur des campagnes d’information pour la faire respecter.

"Je vois souvent des gens qui utilisent leurs portables en marchant. Ils ne font pas attention à leur environnement. Les personnes âgées n’arrivent pas toujours à les éviter", a déclaré à l’AFP Kenzo Mori, un habitant de Yamato âgé de 64 ans.

Arika Ina, 17 ans, jugeait aussi cette habitude dangereuse mais s’interrogeait sur la nécessité de l’interdire formellement. "Je ne pense pas que l’on ait besoin d’un texte pour l’interdire. On peut éviter [ce comportement, NDLR] en étant simplement plus attentionné", envers les autres, a-t-elle estimé.

Un champ de vision diminué de 95 %

En 2014, une étude réalisée par l’opérateur mobile nippon NTT DoComo avait estimé que le champ de vision d’un piéton regardant son écran se rétrécissait de 95 % par rapport à une vue normale.

Le groupe avait réalisé une simulation par ordinateur afin de voir ce qu’il se passerait si 1 500 personnes traversaient le célèbre carrefour toujours bondé de Shibuya, au cœur de Tokyo, tout en regardant leurs smartphones. Les résultats avaient montré que deux tiers de ces piétons n’auraient pas été capables de traverser sans encombre, avec 446 collisions, 103 personnes assommées et… 21 téléphones cassés.

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :