© MIGUEL MEDINA / AFP

featuredImage

Isabelle Balkany a fait une tentative de suicide

Le procès des époux Balkany doit s'ouvrir dans douze jours.

Isabelle Balkany, adjointe au maire de Levallois-Perret, a fait une tentative de suicide en avalant des médicaments, révèle ce jeudi Le Parisien, précisant : "C’est son époux qui l’a découverte inanimée dans leur résidence de l’Eure et qui a prévenu les secours. Elle est actuellement hospitalisée et ses jours ne sont plus en danger."

Mercredi 1er mai, Isabelle Balkany a publié un long texte sur Facebook avec l’anaphore "#Jesuisfatiguée". Elle y explique être "fatiguée de ce monde d’une violence insoutenable, insupportable" ou encore de voir "souffrir l’homme de [sa] vie".

Et y ajoute, en référence au procès qui doit s’ouvrir le 13 mai prochain, dans lequel elle et son mari, le maire de Levallois, Patrick Balkany, sont poursuivis pour des faits de fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale aggravée :

"#Jesuisfatiguée qu’un manquement fiscal qui n’a, certes, aucune excuse, mais qui a, du moins, des 'explications' familiales, soit, par l’écume, sciemment suscitée par certains, transformé en 'crime', agrémenté de mensonges, dont certains dépassent le loufoque et de suspicions strictement infondées…"

Cette publication se terminait par la phrase suivante : "Je suis fatiguée et, comme c’est la Fête du Travail, je vais en profiter pour faire une grosse sieste…"

Interrogé par RTL, son époux Patrick Balkany, a déclaré : "Elle a écrit un post Facebook hier, avant de prendre une tonne de médicaments, pour faire soi-disant 'sa grosse sieste', comme elle l’écrivait. Je crois qu’elle a tout dit, tout écrit." Et l’élu Les Républicains d’ajouter :

"Elle dort, elle est à l’hôpital, elle récupère. Elle va avoir du mal à s’en remettre, elle était très fortement impactée. Elle trouvait que cet acharnement était terrible.

Elle a fait beaucoup de choses dans sa vie, elle a passé sa vie à s’occuper des autres et je dois dire qu’elle était parfois extrêmement touchée par les propos tenus par certains."

Par Astrid Van Laer, publié le 02/05/2019