© DR / M6

"Inimaginable" : Guy Joao, pris à tort pour Xavier Dupont de Ligonnès, s'est confié à M6

"On est dans la science-fiction, c'est inimaginable !"

Son nom avait, bien malgré lui, marqué les esprits en octobre dernier après un quiproquo rocambolesque menant à une arrestation suivie par les caméras du monde entier. Guy Joao, un retraité français, avait été pris à tort pour Xavier Dupont de Ligonnès, ce père de famille recherché depuis 2011. Ce dernier est soupçonné d’avoir assassiné sa femme et ses quatre enfants dans leur maison nantaise.

Après des semaines de silence, le retraité, installé à Limay dans les Yvelines, s’est confié à M6. Il raconte avoir été "effrayé" lors de son arrestation à l’aéroport de Glasgow. Cette interpellation avait fait suite à une dénonciation anonyme sur un site Internet appelé Crime Stopper. Guy Joao et son épouse Mhari ont déclaré ne pas avoir "la moindre idée" de qui a pu effectuer ce signalement diffamatoire.

Publicité

"On n’a pas d’ennemis, on est des citoyens tranquilles", a poursuivi Guy Joao. Concernant le tourbillon médiatique dans lequel le couple a été pris après l’annonce de son arrestation, les caméras et demandes d’interview multiples, il a commenté : "Ça m’inspire de mauvais souvenirs." Et d’ajouter :

"Lorsqu’on m’a dit que j’étais un criminel, un assassin, j’ai dit : 'Bon, pas de problème, je n’ai jamais tué personne.'

Deux policiers me prennent, me mettent les menottes, m’emmènent et me mettent dans un petit fourgon de police, à l’arrière, comme les chiens. On est dans la science-fiction, c’est inimaginable !"

Celui qui a passé 26 heures en garde à vue et qui se dit encore "impressionné" raconte les conditions dans lesquelles il a effectué sa garde à vue : "Vous dormez sur du béton et pour manger, vous mangez comme un chien, au sol." Et il a ajouté :

Publicité

"Dans la cellule à côté de moi, il y avait une femme. Elle hurlait toute la nuit. Donc je reste calme. C’est dur."

Enfin, les époux Joao ont expliqué que, depuis ce traumatisme, ils sont victimes d’insomnies et ont perdu beaucoup de poids. Ils essayent désormais d’oublier.

Publicité

Par Astrid Van Laer, publié le 10/01/2020