© Getty

featuredImage

Une infirmière se voit refuser la nationalité française pour avoir trop travaillé

Une situation ubuesque à l'heure où la France manque de personnel infirmier.

Le mois dernier, une infirmière s’est vue refuser sa demande de naturalisation par la préfecture du Val-de-Marne au motif d’une "infraction au regard de la réglementation sur le temps de travail en France". En effet, celle-ci cumulait trois emplois dans des établissements différents pour une "pour une durée mensuelle de 271 heures de travail".

"Outre l’emploi que vous exercez en qualité d’infirmière au sein de la clinique de l’Orangerie depuis 2011, vous effectuez en parallèle des vacations au sein du centre hospitalier intercommunal de Créteil et à la Fondation Rothschild. En 2018, vous avez effectué en moyenne, par mois, 119 heures de vacations.

Vous cumulez ainsi trois emplois pour une durée mensuelle de 271 heures de travail.

Vous êtes ainsi en infraction au regard de la réglementation sur le temps de travail en France."

Le courrier l’informe qu’il lui faudra attendre deux ans avant de pouvoir refaire une demande. 

La lettre de refus de la demande de naturalisation a été partagée le 12 juillet sur Twitter par un ami de l’infirmière. De nombreux internautes ont exprimé leur colère face à cette situation ubuesque. Avec une moyenne hebdomadaire de 59 heures de travail, l’infirmière est bien en infraction au regard de la loi qui fixe le seuil légal à 48 heures et 44 heures par semaine en moyenne sur une période de douze jours consécutifs. Mais à l’heure où le pays manque cruellement de personnel infirmier, la décision de la préfecture interpelle.

L’auteur du tweet a précisé à 20 Minutes que l’infirmière n’allait pas en rester là et allait faire appel de cette décision auprès du ministre de l’Intérieur. Un recours qui peut néanmoins prendre jusqu’à deux ans.

Par Chayma Soltani, publié le 19/07/2019

Copié