AccueilSociété

Inde : une adolescente battue à mort parce qu’elle portait un jean

Publié le

par Clothilde Bru

© Mohd Zakir/Hindustan Times via Getty Images

Elle a été assassinée par plusieurs membres de sa famille.

Neha Paswan, 17 ans, est morte sous les coups de son grand-père et de ses oncles en Inde, parce qu’elle portait un jean. Selon le site de la BBC, ce genre de violences intra familiales fait de plus en plus souvent la une des quotidiens nationaux.

L’adolescente a été battue à mort dans l’Uttar Pradesh, un État situé au nord de l’Inde. Selon plusieurs journaux nationaux, Neha Paswan avait adopté une façon de s’habiller plus occidentale après un voyage dans une autre région du pays.

Selon sa mère interrogée par la BBC, elle avait déjà été battue plusieurs fois par son grand-père et ses oncles à coups de bâton à cause de ses habits. Ils faisaient également pression sur la jeune femme pour qu’elle abandonne ses études.

Ce jour-là, Neha Paswan avait observé un jour de jeûne religieux et elle s’apprêtait à prier, comme le raconte sa mère : "Le soir, elle a enfilé un jean, un haut et accompli ses rituels. Lorsque ses grands-parents se sont opposés à sa tenue vestimentaire, Neha a rétorqué que les jeans étaient faits pour être portés et qu’elle le porterait."

Ils en seraient ensuite venus aux mains. L’adolescente ne survivra pas aux coups assénés par ses proches.

Des membres de la famille toujours en fuite

"Ils ne m’ont pas laissée les accompagner alors j’ai alerté mes proches qui se sont rendus à l’hôpital du district à sa recherche mais n’ont pas pu la trouver", raconte sa mère.

L’adolescente est morte pendant le trajet. Ils auraient alors tenté de se débarrasser de son corps avec l’aide d’un automobiliste, en le jetant par-dessus un pont. En vain. Le corps de l’adolescente est resté accroché dans du grillage.

Le lendemain matin, il pendait encore au-dessus de la rivière Gandak qui traverse la région. 

La police a déposé une plainte pour meurtre et destruction de preuves contre une dizaine de personnes, dont les grands-parents, les oncles, les tantes, les cousins et le conducteur de la voiture.

Selon un responsable de la police interrogé par la BBC, quatre personnes, dont les grands-parents de Neha Paswan, un oncle et le conducteur de l’automobile, ont déjà été arrêtées et interrogées. La police recherche encore les autres suspects.

Ce genre de violences intra-familiales revient de plus en plus souvent dans les journaux indiens. Ces faits divers mettent en lumière l’insécurité dans laquelle vivent les filles et les femmes dans leur propre foyer.

Dans l’État du Gujarat le mois dernier, deux adolescentes ont été battues par au moins 15 hommes, dont des proches, parce qu’elles étaient au téléphone, rapporte la BBC.

À voir aussi sur news :