© Simon Bournel / Konbini

En images : en 2018, les inégalités ont continué de se creuser

Depuis le début de la crise financière, le nombre de milliardaires a presque doublé.

C’est l’un des chiffres effrayants dévoilés par Oxfam ce lundi. L’ONG a publié un rapport effarant sur les inégalités et rappelle que "le fossé entre les plus riches et les plus pauvres a continué de se creuser en 2018". L’occasion de revenir en illustrations sur les chiffres de l’année 2018 les plus parlants en matière d’inégalités de richesse, mais pas que. Comme un effet boule de neige, les inégalités économiques se répercutent ailleurs et créent des inégalités entre les femmes et les hommes et entre les jeunes et le reste de la population, notamment.

  • Ce qu’on appelle une répartition équitable

Publicité

© Simon Bournel / Konbini

1 % de la fortune du patron d’Amazon, Jeff Bezos, correspond au budget santé de l’Éthiopie, pays qui compte 105 millions d’habitants. C’est peut-être le chiffre le plus ahurissant publié par le rapport d’Oxfam. À la veille du Forum économique mondial de Davos, Oxfam tente d’attirer l’attention sur la fiscalité des entreprises.

  • OKLM

Publicité

© Simon Bournel / Konbini

Ils s’appellent Jeff Bezos, Mark Zuckerberg, Bernard Arnault, Bill Gates, Warren Buffett, Amancio Ortega, Carlos Slim, Charles Koch, David Koch, Larry Ellison, Michael Bloomberg, Larry Page, Sergey Brin, Jim Walton, S. Robson Walton, Alice Walton, Ma Huateng, Françoise Bettencourt Meyers, Mukesh Ambani, Jack Ma, Sheldon Adelson, Steve Ballmer, Li Ka-Shing, Hui Ka Yan, Lee Shau Kee ou encore Wang Jianin et à eux seuls, ils possèdent autant d’argent que la moitié de l’humanité. Un chiffre stupéfiant dévoilé ce matin par Oxfam.

  • Le malheur des uns fait le bonheur des autres

Publicité

© Simon Bournel / Konbini

Depuis la crise financière, le nombre de milliardaires a presque doublé, souligne Oxfam, qui ajoute qu’en 2018, la fortune des milliardaires a augmenté de 2,5 milliards d’euros par jour. La présidente de l’institut, Cécile Duflot déclarait à ce sujet sur RTL ce matin : "c’est absurde et cela ne sert à rien, c’est complètement déconnecté de la réalité des besoins."

  • Des inégalités aussi vraies à l’échelle mondiale que nationale

Publicité

© Simon Bournel / Konbini

L’année dernière, les 5 % des Français les plus riches ont capté 40 % de la richesse nationale, révèle Oxfam.

  • Pendant ce temps-là…

© Simon Bournel / Konbini

Les inégalités de richesse ont eu inévitablement des répercussions sur les inégalités en matière d’alimentation. C’est ce qu’a révélé une étude d’Ipsos et du Secours Populaire : 21 % des Français ont des difficultés à faire trois repas par jour. Chez ces jeunes, les femmes et les hommes ne sont pas non plus égaux : là où 22 % des hommes affirment avoir du mal à consommer des fruits et légumes tous les jours, les femmes sont 31 % à faire face à ce problème.

  • Les jeunes Français en difficulté

© Simon Bournel / Konbini

En France, la moitié des plus pauvres ont moins de 30 ans : c’est le chiffre souligné par l’Observatoire des inégalités. "La pauvreté touche en premier lieu les enfants, les adolescents et les jeunes adultes (20-29 ans)", soulignait l’ONG.

  • #6novembre15h35

© Simon Bournel / Konbini

Pendant près de deux mois par an, les femmes travaillent gratuitement."Qu’est-ce qu’on attend en France pour protester et montrer qu’on est pour l’égalité salariale ?" : c’est la question que s’était posée Rebecca Amsellem. La fondatrice des Glorieuses était venue chez Konbini pour parler du #6novembre15h35, un mouvement qui revendique l’égalité salariale entre les femmes et les hommes.

  • Où sont les femmes ?

© Simon Bournel / Konbini

"Faut-il être un homme pour avoir sa page Wikipédia ?" : c’est la question que posait, à l’occasion de la journée pour les droits des femmes, l’Unesco. Car si les inégalités économiques sont bien présentes, elles sont également à l’œuvre dans le milieu culturel.

On en a eu un exemple en 2018 avec la plateforme de contribution en ligne la plus célèbre au monde, Wikipédia, sur laquelle il n’existe que 17 % de portraits de femmes. À l’époque, l’ONG s’étonnait que Katana Gégé Bukuru, qui lutte auprès de 600 autres femmes pour mettre fin à la violence sexuelle en République Démocratique du Congo, ne dispose pas de fiche Wikipédia. Et Konbini news soulignait alors, avec stupéfaction, que le personnage virtuel René la Taupe dispose, lui, de sa propre page.

Par Astrid Van Laer, publié le 21/01/2019

Copié

Pour vous :