AccueilSociété

"Il est prématuré de parler de déconfinement" : les précisions de Jean Castex

Publié le

par Astrid Van Laer

Capture écran © Facebook Gouvernement FR

La levée du couvre-feu, bientôt réinstauré, ne pourra pas être envisagée avant le 20 janvier, a-t-il dit.

Deux jours après l’allocution présidentielle annonçant un allègement progressif du confinement, le Premier ministre Jean Castex a tenu une conférence de presse ce jeudi matin pour préciser les contours de la stratégie gouvernementale.

En préambule, il s’est dit conscient de "la colère et de l’incompréhension" ainsi que de "la lassitude" des Français. "Mais ces mesures étaient nécessaires", a-t-il assuré, expliquant que si, début novembre, le nombre de nouveaux cas par jour s’élevait à 45 000, il était redescendu la semaine passée "à 17 000 en moyenne".

"Nous ne pouvons pas baisser la garde", a-t-il averti. "Il est donc prématuré de parler de déconfinement", a poursuivi le chef du gouvernement, insistant sur le côté "progressif" du redémarrage de certaines activités.

Puis le Premier ministre a rappelé les trois étapes définies par le gouvernement, déjà annoncées par Emmanuel Macron mardi.

Le télétravail "restera la règle tout au long de la période"

La première phase qui entrera en vigueur le samedi 28 novembre "sera une phase d’allègement". Les déplacements resteront contraints et l’attestation obligatoire pour toute sortie du domicile, a-t-il rappelé.

Ensuite, à partir du 15 décembre, un couvre-feu sera mis en place sur l’ensemble du territoire. Si l’attestation sera supprimée en journée, elle restera toutefois obligatoire en soirée, a précisé Jean Castex.

Enfin, au 20 janvier, s’il n’y a "pas de rebond de l’épidémie" à cette date, "on envisagera la levée du couvre-feu", ainsi que la réouverture d’établissements tels que les restaurants, a ensuite expliqué le chef du gouvernement.

Le télétravail "restera la règle tout au long de la période" et devra être "massif", a-t-il demandé.

"La seconde vague n’est pas terminée"

Le ministre de la Santé et des Solidarités a ensuite pris la parole, déclarant : "Nous avons atteint le pic épidémique au cours de la deuxième semaine de novembre." Olivier Véran a rappelé les chiffres précédemment énoncés par Jean Castex, se félicitant d’avoir "divisé par trois la pression épidémique".

Et d’ajouter : "Chaque semaine, on compte 30 % de diagnostics Covid-19 en moins par rapport à la semaine précédente'.' Mais le ministre a ensuite déclaré qu’hier encore,"une nouvelle hospitalisation" avait été enregistrée "toutes les minutes".

"La pression reste forte, l’épidémie n’est pas derrière nous, la seconde vague n’est pas terminée", a rappelé en guise de conclusion Olivier Véran. Des propos complétés par Jean Castex, qui a repris la parole pour expliquer le but du gouvernement : éviter un "stop and go qui serait épuisant pour notre pays".

Concernant Noël et le Nouvel An, il sera "impératif" de "limiter" le nombre de convives, a-t-il dit, annonçant ensuite que les cours de conduite des auto-écoles et les visites immobilières pourront reprendre à compter du samedi 28 novembre. En outre, les stations de ski seront ouvertes à Noël, mais les remontées mécaniques resteront fermées.

Enfin, pour les travailleurs précaires, saisonniers, intermittents ou extras qui "travaillaient beaucoup" l'an dernier, Jean Castex a fait savoir qu'une aide allait être mise en place avec une "garantie de ressource de 900 euros par mois" jusqu'en février 2021.

Avec AFP

À voir aussi sur news :