Camp de Moria sur l’île de Lesbos, le 26 novembre 2019L. © ARIS MESSINIS / AFP

Grèce : un migrant iranien s'est suicidé au camp de Lesbos

Il s'agit du troisième suicide dans un camp grec depuis le 25 décembre.

Un migrant iranien, âgé de 31 ans, s’est donné la mort par pendaison dans un centre de détention à Moria, le grand camp insalubre sur l’île grecque de Lesbos, a-t-on appris lundi de source policière. Le jeune homme, qui était détenu avec 85 personnes, a été retrouvé mort par les autorités tôt lundi matin dans ce centre, selon la même source.

Aucune autre information sur les raisons de sa détention ou son identité n’a été fournie pour l’instant par les autorités.

Publicité

Fin décembre, pendant les fêtes de Noël, deux demandeurs d’asile, un Irakien et un Afghan, s’étaient aussi donné la mort par pendaison dans le nord de la Grèce. Selon l’ONG Forum grec pour les Réfugiés, ils étaient hébergés dans un hôtel accueillant environ 400 réfugiés dans le village de Mouries près de la frontière avec la République de Macédoine du Nord. 

Un premier demandeur d’asile avait été retrouvé pendu le 25 décembre près d’un pont situé non loin de l’hôtel. Il s’agissait d’un réfugié afghan âgé de 32 ou 33 ans, père de deux enfants. Le lendemain, un Irakien, âgé d’une trentaine d’années, avait été retrouvé par son colocataire pendu dans un couloir de l’hôtel.

Le flux migratoire depuis la Turquie a repris ces derniers mois, la Grèce étant devenue en 2019 la principale porte d’entrée des migrants et réfugiés en Europe. Les conditions dans les camps grecs à la fois sur les îles et sur le continent ne cessent de se dégrader surtout avec les températures très basses ces derniers jours liées à un coup de froid dans le pays.

Publicité

Rats, serpents, toilettes quasi inexistantes et nourriture avariée : le mois dernier, Anna Ravix et Antonin Blanc s’étaient rendus pour Konbini news dans le camp grec de Samos, pour y filmer le quotidien de 6 000 personnes, qui s’entassent dans un camp conçu pour en accueillir 650. 

Le gouvernement conservateur a récemment durci les conditions d’octroi de l’asile. Le manque de logements adéquats et de moyens pour l’intégration des dizaines de milliers de demandeurs d’asile sont de plus en plus patents.

Publicité

Konbini news avec AFP

Par Astrid Van Laer, publié le 06/01/2020

Pour vous :