A protester wearing a yellow vests (gilets jaunes) gestures as a French Police officer conducts a search during a demonstration against rising costs of living they blame on high taxes, at the place de l’Opera, in Paris, on December 15, 2018. – The « Yellow Vests » (Gilets Jaunes) movement in France originally started as a protest about planned fuel hikes but has morphed into a mass protest against President’s policies and top-down style of governing. (Photo by Lucas BARIOULET / AFP)

Gilets jaunes : 63 gardes à vue à Paris à 14h, contre 475 samedi dernier

Moins de 3 000 manifestants ont été recensés à Paris, selon la préfecture.

Un manifestant Gillet Jaune fouillé par un CRS durant un barrage filtrant.

© Lucas BARIOULET / AFP

Peu d'interpellations, pas de heurts : l'acte V des "gilets jaunes" se déroule samedi 15 décembre à Paris, dans le calme et avec une mobilisation en baisse, contrastant avec l'extrême tension des semaines précédentes pour réclamer plus de pouvoir d'achat.

Publicité

"Moins de 3 000 manifestants" étaient recensés à Paris vers 14 heures, selon un décompte de la préfecture de police. La préfecture de police comptabilisait en début d'après-midi 95 interpellations dont 63 gardes à vue, loin des 598 interpellations et 475 gardes à vue annoncées la semaine dernière peu après 14 heures.

C'est "une mobilisation plus faible" , en déduisant "une mobilisation des casseurs plus faibles" en fin de matinée, a déclaré la porte-parole de la préfecture de police de Paris Johanna Primevert, sur BFMTV. Cette nouvelle journée de manifestation nationale a valeur de test pour l'exécutif après les annonces d'Emmanuel Macron visant à mettre fin à une crise sociale inédite.

Les manifestants étaient encadrés par un dispositif sécuritaire d'ampleur. Sur les Champs-Elysées, lieu d'intenses affrontements les samedis passés, la tension était descendue d'un cran. Après avoir arpenté l'avenue, les "gilets jaunes" ont essaimé dans les quartiers aux alentours, sous haute surveillance policière mais sans heurts. Après une brève réouverture partielle à la circulation, les Champs-Elysées ont été réinvestis dans le calme par de petits groupes de "gilets jaunes".

Publicité

"Emmanuel Macron ferme ta gueule, Édouard Philippe ferme ta gueule"

À quelques encablures, devant l'Opéra Garnier, un peu moins d'un millier de manifestants se sont rassemblés, également dans le calme, pour un sitting où ils ont observé une minute de silence pour six personnes décédées et les centaines de blessés depuis le début de leur mouvement, le 17 novembre.

"Emmanuel Macron, tête de con, on vient te chercher chez toi", "Emmanuel Macron ferme ta gueule, Édouard Philippe ferme ta gueule, lalala et Castaner ferme ta gueule lalala", pouvait-on notamment entendre dans la foule, tandis qu'une brigade équeste de la police était positionnée aux abords.

"Le mouvement est unitaire, c'est un grand brassage démocratique", jugeait Tony, 40 ans, réalisateur de documentaires qui participe à sa première manifestation "gilets jaunes". "On est là aujourd'hui car on n'a pas envie d'être les prochains SDF que l'on voit trop nombreux à Paris", témoignait de son côté Julie, 31 ans, conductrice d'engin, venue de l'Aisne pour manifester pour son troisième samedi consécutif.

Publicité

Ailleurs dans Paris, comme sur les places de la Bastille ou de la République, si des banques et magasins ont recouvert leur façades de contreplaqué de crainte de nouvelles dégradations, ils ont malgré tout ouvert leurs portes.

"100 euros de plus pour les smicards c'est du flan"

"Mon patron m'a dit 'on ouvre', donc on ouvre", résume Laurent, serveur au Café des Phares, place de la Bastille. Samedi dernier, le café avait tiré le rideau. Et si la tension devait monter dans la journée ? "On verra bien, mais ça m'étonnerait qu'on ferme aujourd'hui". Plusieurs autoroutes ont été perturbées, à l'instar de l'A6, qui a été coupée dans les deux sens à la limite entre la Saône-et-Loire et le Rhône par le préfet par précaution face à la mobilisation attendue. 

Dans la capitale, les accès aux institutions (Palais de l'Elysée, Hôtel Matignon, Assemblée nationale, ministère de l'Intérieur, etc.) restaient protégés. Mais signe que la tension est retombée, la Tour Eiffel et plusieurs musées fermés samedi dernier sont désormais ouverts, tout comme les grands magasins à l'approche de Noël.

Publicité

À Bordeaux, l'office de tourisme a en revanche annulé toutes ses visites guidées prévues samedi après-midi. De nombreux services et établissements culturels publics garderont leurs portes closes. Les annonces d'Emmanuel Macron lundi, dont la plus emblématique porte sur une hausse de 100 euros des revenus au niveau du Smic, ont été diversement reçues par des Français, réclamant moins de taxes et plus de pouvoir d'achat. 

"100 euros de plus pour les smicards c'est du flan, ça ne concerne qu'une minorité de personnes", a regretté samedi à Paris Ludovic, 40 ans, conditionneur cariste venu manifester d'Amiens. 

69 000 membres des forces de l'ordre déployés

Après l'attentat jihadiste de Strasbourg mardi qui a fait quatre morts, les appels, notamment au sein de la majorité et du gouvernement, à ne pas manifester ont aussi été rejetés par une partie des "gilets jaunes", n'y voyant aucun rapport.

Si les modérés, représentés par le collectif des "gilets jaunes libres" ont appelé à une "trêve" et estimé que "le temps du dialogue est venu", d'autres ont affiché leur détermination à redescendre dans la rue pour obtenir de nouvelles avancées sociales et économiques.

Au total, 8 000 membres des forces de l'ordre ont été déployés dans la capitale, 69 000 sur tout le territoire, appuyés à Paris par 14 véhicules blindés à roues de la gendarmerie (VBRG). Les 1e et 8 décembre, 136 000 personnes avaient manifesté dans toute la France.

Konbini avec AFP

Par Astrid Van Laer, publié le 15/12/2018

Copié

Pour vous :