(c) BSIP/UIG via Getty Images

Familles homoparentales : le dernier recensement de l’Insee fait polémique

Les associations et les parents concernés sont vent debout.

(c) BSIP/UIG via Getty Images

C’est écrit noir sur blanc : "Pour les couples homoparentaux, un parent se déclare père et l’autre mère, quel que soit leur sexe."

Publicité

Lancée la semaine dernière, la campagne de recensement de l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) pour l’année 2019 fait polémique, en faisant du père et de la mère la seule organisation familiale possible.

Pour rappel, le recensement vise à se faire une idée précise de la composition de la population française. Des millions de Français vont devoir répondre à des questionnaires sur leur situation familiale, leur consommation d’électricité ou encore leur logement. En ligne ou sur papier, ce grand recensement a débuté le 17 janvier dernier et doit se poursuivre jusqu’au 23 février.

C’est en remplissant le formulaire "feuille de logement" que de nombreuses familles ont tiqué. Et pour cause, il n’y a de place que pour les couples de parents hétérosexuels.

Publicité

En dehors du fait que cela corresponde à une image hétéronormée de la société franchement désuète, la formulation contribue à invisibiliser les parents concernés, ainsi qu'ils sont nombreux à l’avoir souligné sur Twitter. L’Association Des Familles Homoparentales (ADFH) a également fait part de son indignation dans un post repris par la journaliste d’Arte Marie Labory, mère de deux enfants nés d’une PMA.

Publicité

Nous l’avions reçue avec sa femme en novembre dernier.

Il n'existe aucun chiffre exact sur le nombre de familles homoparentales

La défense de l’Insee est un poil déroutante : "C’est le même questionnaire papier que l’année dernière et, à l’époque, personne ne s’était manifesté", risque Lionel Espinasse, responsable des enquêtes de recensement à l’Insee, interrogé par Le Parisien.

Publicité

L’autre argument consiste à dire que c’est uniquement sur la version papier, considérée comme "le questionnaire de secours", que cet oubli existe. "Nous sommes obligés de simplifier beaucoup par manque de place. En ligne, toutes les configurations familiales sont prises en compte, et là on peut mettre deux fois mères ou deux fois pères", précise-t-il.

Enfin, il estime que remplacer père et mère par "parent 1" et "parent 2" serait encore plus stigmatisant : "Beaucoup de parents ne souhaitent pas être désignés ainsi. De plus, "parent 1 et parent 2" introduit une hiérarchisation. Qui mettre en numéro 1 ? En numéro 2 ?"

Il n’existe aucun chiffre exact sur le nombre exact de familles homoparentales en France. Une enquête de l’Insee où elles auraient une vraie place aurait toutefois permis de le déterminer.

Par Clothilde Bru, publié le 25/01/2019

Copié

Pour vous :