AccueilSociété

États-Unis : les policiers mis en cause dans l’arrestation d’une enfant de 9 ans suspendus

Publié le

par Hugo Gabillet

Rochester, New York, le 29 janvier 2021. © Rochester Police Department/Handout via REUTERS

Des dizaines de personnes avaient manifesté après la parution des images de la fillette menottée et aspergée de gaz au poivre.

Vendredi, dans l’État de New York, des policiers ont procédé à une interpellation houleuse d’une enfant âgée de 9 ans, menottée puis aspergée de gaz au poivre. D’après les images dévoilées le dimanche suivant l’intervention, au moins sept policiers étaient présents sur les lieux.

Hier, sur demande de Lovely Warren, la maire de Rochester, plusieurs agents ont été suspendus. Celle-ci a déclaré : "Malheureusement, les lois de l’État de New York et la convention collective m’empêchent de prendre des mesures plus rapides et sérieuses." Pour autant, la mairie n’a pas précisé le nombre d’officiers mis à pied.

Selon le chef adjoint de la police de Rochester, la petite fille semblait souffrir d’un épisode délirant. Cette dernière aurait menacé de tuer sa mère, puis de se suicider. Sur les images, les policiers ont tout d’abord cherché à contenir l’enfant, mais face à sa résistance, ils l’ont menottée, avant de l’installer dans l’un des véhicules.

Deuxième cas de figure à Rochester

Face aux cris continus de la jeune fille, l’un des officiers l’a aspergée de gaz au poivre. Andre Anderson, le chef adjoint de la police, a précisé que toutes ces actions servaient à assurer la sécurité de l’interpellée, afin de l’emmener à l’hôpital. La fillette y a d’ailleurs été transportée, avant de sortir quelques heures après.

Lundi, malgré la neige et une météo peu clémente, plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées à Rochester pour protester contre ce nouvel incident. Le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, a pour sa part réagi dans un communiqué en déclarant : "Rochester doit faire face à un vrai problème de responsabilité de sa police."

Il faut dire qu’en septembre dernier, un autre scandale avait éclaté. Daniel Prude, un Afro-Américain, était décédé d’asphyxie, suite à son interpellation par les forces de l’ordre. L’autopsie avait démontré que son décès était dû à un homicide, lié à une "asphyxie consécutive à une contrainte physique".

Ce scandale avait entraîné des manifestations à Rochester et à New York, pour réclamer des réformes dans la police de Rochester et poussé son chef, La’Ron Singletary, un Afro-Américain, à quitter son poste en septembre.

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :