© Thomas Barwick / Getty Images

États-Unis : des dîners payants pour déconstruire le racisme de femmes blanches

"On sait qu'on fait partie du problème et on doit l'accepter si on veut faire partie de la solution", a expliqué une participante.

Payer pour se défaire de ses pensées racistes ? Le concept peut stupéfier, et pourtant, il existe bel et bien. C'est ce que révèle The Guardian, qui a pu assister à ces surprenantes tablées autour d'un plat de pâtes carbonara.

Le concept, appelé Race for Dinner et créé par Regina Jackson et Saira Rao, l'une afro-américaine et l'autre indo-américaine, est le suivant : une femme blanche en reçoit sept autres qu'elle ne connaît pas à dîner, en présence des fondatrices. Le but est d'interroger et de confronter le racisme de chacune, probablement intériorisé, en questionnant leurs préjugés. Le tout pour la modique somme de 2 500 dollars.

Publicité

Saira Rao a confié au quotidien britannique : "Si on avait fait ça dans une salle de conférence, elles seraient parties. Mais les riches femmes blanches ont appris à ne jamais quitter la table du dîner." Selon les deux cocréatrices, il ne serait pas possible de faire ça avec des hommes blancs : "ils ne vont jamais changer, s'ils l'avaient voulu, ils l'auraient déjà fait."

D'après le Guardian, le concept, lancé au printemps 2019, marche plutôt très bien, et pas moins de quinze dîners ont déjà été organisés à travers le pays.

"On sait qu'on fait partie du problème et on doit l'accepter si on veut faire partie de la solution", a déclaré l'une des participantes au quotidien. Des propos qui font écho au récent discours de l'acteur Joaquin Phoenix lors de la cérémonie des BAFTA, ce week-end, durant laquelle il a reçu le prix du meilleur acteur pour son rôle dans The Joker.

Publicité

Sur scène, celui-ci avait déclaré : "Je me sens gêné parce que beaucoup d'acteurs méritants n'ont pas le même privilège que moi. Je pense que nous envoyons un message très clair aux personnes de couleur, à savoir qu'elles ne sont pas les bienvenues ici." Avant d'ajouter :

"Je ne vous fais pas un discours moralisateur parce que j'ai bien conscience de faire partie du problème, et j'en ai honte.

Je n'ai pas fait tout ce qui était en mon pouvoir pour faire en sorte que les tournages soient plus inclusifs et diversifiés, mais je pense qu'il ne s'agit pas que de ça. Nous devons apprendre et comprendre ce qu'est le racisme systémique."

Par Konbini News, publié le 06/02/2020