© El Pais

Espagne : au moins 17 enfants touchés par "le syndrome du loup-garou"

S'ils n'hurlent pas à la lune, ils sont quand même recouverts de poils.

Ça s’appelle l’hypertrichose. À moins d’avoir fait du grec ancien, c’est un mot qui n’évoque pas grand-chose. On vous déconseille d’ailleurs de faire une recherche sur Google Images.

Il s’agit d’un dérèglement hormonal qui se manifeste, chez l’homme ou la femme, par une pilosité envahissante sur une partie du corps voire sa totalité. C’est très rare. C’est soit héréditaire, soit induit par un médicament.

Publicité

On en vient donc à l’incident qui s’est produit en Espagne : 17 enfants au moins ont été victimes d’hypertrichose, aussi appelée "syndrome du loup-garou".

Des bébés velus

Certains d’entre eux n’étaient que des bébés. On imagine la terreur des parents qui ont vu leur nourrisson se couvrir de poils.

"Le front, les joues, les bras, les mains et les jambes de mon fils recouverts de poils… Il avait les sourcils d’un adulte. C’était très effrayant parce que nous ne savions pas ce qui lui arrivait", raconte la mère d’un bébé de 6 mois, interrogée par El Pais.

Publicité

Comme le précise le journal, c’est dû à un médicament. Alors qu’on pensait leur donner de l’oméprazole, qui aide à combattre les reflux gastriques, on administrait en fait à ces enfants du minoxidil, qui sert à lutter contre la chute de cheveux.

L’alerte a été donnée en juin par plusieurs parents. Selon la ministre de la Santé María Luisa Carcedo, c’est la faute du laboratoire FarmaQuimica Sur, qui a introduit le minoxidil dans un récipient étiqueté oméprazole, précise le quotidien espagnol.

Selon le ministère de la Santé, les effets devraient disparaître dès que les enfants auront arrêté de prendre le médicament. Pour l’heure, l’usine responsable reste fermée en raison de "graves violations détectées dans la réglementation sur le contrôle de la fabrication des médicaments".

Publicité

Par Clothilde Bru, publié le 29/08/2019

Copié

Pour vous :