AccueilSociété

Encore une bonne nouvelle : le coronavirus peut squatter votre mobile durant un mois

Publié le

par Benjamin Bruel

En fonction de la température, la durée de la présence du SARS-CoV-2 s'étend sur certaines surfaces.

Le virus à l’origine du Covid-19, le SARS-CoV-2, peut rester en vie sur certaines surfaces durant presque un mois, comme sur l’écran d’un smartphone, préviennent des chercheurs de l’organisme gouvernemental australien pour la recherche scientifique (CSIRO).

Dans une étude publiée dans la revue scientifique Virology Journal la semaine dernière, Shane Riddell, Sarah Goldie et leurs collègues expliquent que le virus peut rester en vie 28 jours sur l’écran d’un smartphone. Mais ce n’est pas le seul objet concerné. Ils citent également l’acier inoxydable, le verre, le papier, le plastique ou les billets de banque en soulignant que le SARS-CoV-2 est "particulièrement robuste" comparé à d’autres virus. "Il a été démontré que les téléphones portables peuvent transporter des agents pathogènes responsables d’une transmission nosocomiale et, contrairement aux mains, ne sont pas nettoyés régulièrement", souligne l’étude.

En comparaison, le virus de la grippe peut rester infectieux jusqu’à 17 jours sur ces mêmes surfaces. "Ces découvertes démontrent que le SARS-CoV-2 peut rester infectieux significativement plus longtemps que des périodes généralement considérées", indique l’étude.

Pour obtenir ces résultats, les chercheurs ont mené un certain nombre d’expériences sur la manière dont le virus réagit en fonction des températures. Ils ont constaté que plus celles-ci sont chaudes, plus le taux de survie du virus diminue.

Le délai de 28 jours sur les surfaces comme le verre ou les billets en polymère est ainsi valable pour des températures allant jusqu’à 20 degrés. Si l’on monte à 30 degrés Celsius, ce taux descend à 7 jours et à 40 degrés, celui-ci n’est plus que de 24 heures.

En parallèle, le type de surface est aussi à prendre en compte. Sur celles qui sont poreuses, comme le coton, le virus survit moins longtemps. Jusqu’à 14 jours à 20 degrés et moins de 16 heures à 40 degrés.

Si les résultats de cette étude sont solides, ils sont néanmoins à nuancer. Les conditions d’expérimentation de l’étude – en laboratoire, surfaces plongées dans le noir – ne s’appliquent pas au quotidien normal d’un propriétaire de smartphone. L’étude a par ailleurs été réalisée sur des niveaux fixes de virus et sans variation de température. Ainsi, elle ne montre pas la charge virale du coronavirus sur ces surfaces mais bien sa résistance sur ces mêmes surfaces, notamment en fonction des températures.

À voir aussi sur news :