En Dordogne, une asso végane part en croisade contre la "rue de la Saucisse"

Mais dans ce petit village médiéval, le maire et les habitants ne l'entendent pas de cette oreille.

Il n’y a pas de petits combats pour PETA, l’association de défense des droits des animaux. Il y a quelques jours, celle-ci a adressé un e-mail à la mairie d’Issigeac, en Dordogne, pour lui demander de renommer l’une de ses ruelles : la rue de la Saucisse. La rue – et son nom original – avait été repérée par des membres de l’association venus passer des vacances dans ce petit village médiéval du sud de la France.

En remplacement, l’association a suggéré de la rebaptiser "rue de la Soy-cisse", en référence à la saucisse de soja ("soy" en anglais) souvent présentée comme l’alternative végane à ce produit. Cette missive s’inscrit en pleine campagne de communication et de sensibilisation du "mois mondial végan". Dans un communiqué, l’association a justifié cette initiative en ces termes :

Publicité

"Le maire d’Issigeac a reçu aujourd’hui une lettre de PETA lui faisant part d’une requête originale : l‘association demande à Jean-Claude Castagner de rebaptiser la rue de la Saucisse la « rue de la Soycisse ». Le but de l’affaire ? Souligner que les mentalités en France évoluent vers une compassion à l’égard des animaux et un mode de vie végan."

"C’est n’importe quoi"

Du côté du petit village d'Issigeac, cette demande très officielle a quelque peu surpris son monde. "Au début, j’ai vraiment cru au gag, mais après vérification, je me suis rendu compte qu’il s’agissait d’une démarche officielle, a ainsi déclaré au Parisien le maire de la ville, Jean-Claude Castagner. Ils sont fermement opposés à cette dénomination et ils nous conseillent même de la rebaptiser Rue Soy-cisse, en référence au soja en anglais. C’est n’importe quoi et il est hors de question que je le fasse !".

D’autant que, ici, la référence à la saucisse n’a rien à voir avec la viande de porc. Si la rue a été nommée ainsi, c’est une allusion à une ancienne habitante du village qui vivait là. "C’est le surnom que les villageois donnaient à une des leurs au début du XXe siècle, car elle était voûtée. Elle s’appelait Suzanne Tessier et les anciens racontent qu’elle adorait ce surnom alors, pourquoi cette démarche aujourd’hui ?", explique au quotidien Elma Laporte, la nouvelle propriétaire – depuis dix-huit ans tout de même – de l’unique maison de la rue. 

Publicité

Soy-cisse, Faux-Gras…

Si l’édile, le conseil municipal et les 750 habitants de la ville ne semblent pas vraiment disposés à remplacer le nom de la rue, cela a toutefois déjà été en projet bien avant cette polémique, "considérant qu’il pouvait porter atteinte à la dignité d’une femme". Mais rien n’a encore été tranché. Et quand bien même la rue viendrait à changer de nom, Elma Laporte et le village semblent bien décidés à conserver une inscription "La Saucisse" sur la plaque de la rue. 

En mai 2018, PETA avait déjà suggéré un changement de rue, cette fois à Sarlat, réputée comme la "capitale du foie gras", à l’occasion d’une grande consultation de la mairie permettant aux habitants de choisir eux-mêmes le nom de certaines rues qui en étaient dépourvues. Celle-ci avait ainsi proposé une "rue du Faux-Gras", du nom de l’alternative végane au foie gras de canard, composée d’eau et d’huile de coco. Le maire avait jugé cette proposition et cette initiative "humoristique" et n’avait pas donné suite.

Par Robin Panfili, publié le 05/12/2019