En Californie, une crèche emprisonne Jésus pour critiquer la politique migratoire de Trump

"Que se serait-il passé si cette famille avait cherché refuge aux États-Unis aujourd'hui ?"

À une quinzaine de jours de Noël, l’église méthodiste de Claremont, en Californie, a dressé une crèche particulière devant son édifice. Loin des mises en scène pittoresques habituelles, la crèche présente Jésus, Marie et Joseph, chacun enfermé dans des cages surmontées de fils barbelés et séparées les unes des autres. Cette crèche a été conçue comme une réponse à une politique sociale et migratoire meurtrie aux États-Unis, pour ne pas dire complètement écrasée par bientôt trois ans de présidence trumpienne. 

Le pays de l’Oncle Sam n’a jamais placé en détention autant d’enfants migrants que cette année. Selon le New York Times, les autorités américaines de l’immigration auraient appréhendé 76 020 mineur·e·s cette année. La politique de la "tolérance zéro" à la frontière américano-mexicaine du 45e président des États-Unis aurait forcé la séparation d’au moins 5 500 familles. Selon un rapport de l’Union américaine pour les libertés civiles datant d’octobre, 207 des 1 556 enfants séparés de leurs parents dernièrement étaient âgés de moins de 5 ans.

Publicité

En réponse à ces drames, l’équipe de l’église de Claremont a décidé de rappeler, grâce à sa crèche, que la Sainte Famille était avant tout une famille de réfugié·e·s fuyant la situation de leur pays, comme tant de familles actuellement. La pastoresse Karen Clark Ristine a partagé une image de l’installation sur Facebook, accompagnée d’un texte qui interroge, entre autres, ce qui se serait passé "si cette famille avait cherché refuge dans notre pays aujourd’hui ?" Dans l’Amérique très puritaine de Donald Trump, il semble que Jésus et ses parents auraient certainement été placés en détention et séparés.

"Imaginez Joseph et Marie séparés à la frontière et leur petit Jésus, âgé de moins de 2 ans, retiré à sa mère et placé derrière les barreaux d’un centre de détention – tout comme 5 500 enfants l’ont été ces trois dernières années."

À l’intérieur de l’église, précise la pastoresse, la famille est réunie, comme un message d’espoir pour toutes les familles séparées, rejetées et détenues à la frontière. 

Publicité

Via Karen Clark Ristine.

"Je suis émue aux larmes par la crèche de l’église de Claremont. À l’intérieur de l’église, la Sainte Famille est réunie. La déclaration théologique affirmée ici : à un moment où des familles réfugiées cherchent l’asile dans notre pays et sont séparées, contre leur volonté, à nos frontières, il est temps de penser à la famille de réfugiés la plus célèbre du monde.

Jésus, Marie et Joseph, la Sainte Famille. Peu de temps après la naissance de Jésus, Joseph et Marie ont été obligés de fuir Nazareth avec leur jeune fils, en direction de l’Égypte, afin d’échapper au roi Hérode, un tyran. Ils craignaient d’être persécutés et tués.

Que se serait-il passé si cette famille avait cherché refuge dans notre pays aujourd’hui ? Imaginez Joseph et Marie séparés à la frontière et leur petit Jésus, âgé de moins de 2 ans, retiré à sa mère et placé derrière les barreaux d’un centre de détention – tout comme 5 500 enfants l’ont été ces trois dernières années. 

Jésus a grandi pour nous enseigner la bonté, la compassion et l’accueil inconditionnel de tous les Hommes. Il a dit : 'Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli', Mathieu 25:35.

Ce Noël, dans la crèche de l’église méthodiste de Claremont, la Sainte Famille représente les milliers de familles anonymes séparées à nos frontières. À l’intérieur de l’église, vous verrez cette même famille réunie, la Sainte Famille ensemble, dans une crèche qui accompagne les anges qui chantent 'Gloire à Dieu dans les lieux très hauts / Et paix sur Terre parmi les hommes qu’il agrée !', Luc 2:14."

Par Lise Lanot, publié le 10/12/2019