© Gaston Brito Miserocchi/Getty Images

En Bolivie, la présidente se balade avec un badge "anti-coronavirus"

Soupçonné d'être dangereux pour la santé, il est interdit à la vente dans plusieurs pays.

À première vue, on dirait un badge comme on peut en distribuer à l’entrée de certains séminaires. Sauf qu’au bout du cordon bleu, le petit carton qui pend n’a rien d’anodin. "Virus Shut Out" comme on l’appelle, et qu’on pourrait traduire par "Oust virus", est censé protéger celui qui l’arbore du Covid-19.

Les habitants de la Bolivie l’ont découvert le 15 mai dernier au cou de leur présidente par intérim Jeanine Añez et de l’un de ses ministres, Arturo Murillo. Or, ce dispositif est pour le moins décrié. Produit par une société japonaise, il est tout bonnement interdit dans plusieurs pays d’Asie et aux États-Unis, rapporte le journal bolivien El Deber.

Publicité

D’une valeur d’environ 15 euros, il s’agit d’un petit aérosol qui diffuse du dioxyde de chlore. Ce gaz entre dans la composition de produits désinfectants ou de blanchiment. Il est supposé "stériliser l’espace autour de la personne qui le porte et bloquer les virus grâce à une solution de dioxyde de chlore qui s’évapore dans l’atmosphère à un mètre de distance", détaille Courrier international.

Un mauvais exemple

De la même manière que boire du désinfectant ne guérit pas du coronavirus, il y a peu de chance que le dioxyde de chlore en aérosol protège du Covid-19. Pire, selon une virologue hongkongaise citée par le site d’informations bolivien, il est dangereux pour la santé. Il peut provoquer des irritations aux yeux et à la peau si on l’approche du visage.

Publicité

Les images de Jeanine Añez et de son ministre arborant ces badges ont fait le tour de la Bolivie et suscité un tollé. Dans la lignée de Donald Trump qui se vante de prendre préventivement de l’hydroxychloroquine ou Jair Bolsonaro qui attaque les mesures de confinement, Jeanine Añez est accusée d’être irresponsable.

Présidente autoproclamée depuis la démission d’Evo Morales, Jeanine Añez bénéficie d’une prolongation inattendue de son mandat à la faveur d’un confinement entamé mi-mars.

Le coronavirus a fait 174 morts en Bolivie, selon les chiffres de l’université Johns Hopkins mardi 19 mai.

Publicité

Par Clothilde Bru, publié le 19/05/2020