(c) Martial Colomb / Getty Images

Dieselgate : la France détient le record de "véhicules sales" en Europe

Un quart de son parc automobile est concerné.

Il y a trois ans jour pour jour, l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) levait le voile sur un scandale industriel d’une ampleur sans précédent.

Connue depuis sous le nom de "dieselgate", la polémique ciblait le constructeur automobile allemand Volkswagen, accusé d’avoir "équipé ses moteurs diesel de logiciels capables de déjouer les contrôles antipollution," rappelle Le Monde.

Publicité

À l'occasion de cette date anniversaire, le quotidien français dévoile une étude réalisée par l’ONG Transport & Environment. En compilant les données des États européens, l'organisation a cherché à savoir combien de véhicules polluants circulaient encore en Europe.

Publicité

La réponse est 43 millions, et la France détient le record en la matière. Près de 9 000 000 "diesels sales" sillonnent encore les routes françaises — soit environ un quart de son parc automobile.

Les véhicules construits avant 2009 ne sont pas comptabilisés

Vient ensuite l’Allemagne qui compte un peu plus de 8 millions de voitures polluantes, puis le Royaume-Uni et l'Italie avec respectivement 7 267 000 et 5 255 000 véhicules.

Marianne rappelle toutefois que c’est l’arbre qui cache la forêt. Dans son étude, Transport & Environment ne recense que les voitures fabriquées après 2009, ce qui laisse des millions de véhicules polluants hors des radars.

Publicité

Pour rappel, les véhicules incriminés sont ceux qui émettent des niveaux excessifs d’oxydes d’azote (NOx) au moins trois fois supérieur. L’oxyde d’azote (NOx) est un "gaz très toxique, à l’origine, avec les particules fines et l’ozone, de 400 000 morts prématurées chaque année dans l’UE," comme le rappelle Le Monde.

Si on peut déplorer le nombre de véhicules toujours en circulation, le dieselgate n’a pas non plus été sans impact sur les habitudes des Européens. En trois ans, les ventes de véhicules roulant au diesel ont chuté de 40 % en France et en Europe.

Les constructeurs protégés par un "permis de polluer"

Les ventes de Volkswagen, en revanche, n’ont pas été beaucoup impactées, alors même que le constructeur est à l’origine du scandale. Selon BFMTV, entre 2015 et 2017, le concessionnaire a vendu à peine 5 000 voitures de moins. Les consommateurs se seraient reportés sur son offre de véhicules à essence.

Publicité

Aux États-Unis, Volkswagen a été condamné à 20 milliards de dollars d’amende, soit 17 milliards d’euros, et le patron d’Audi est en prison.

En France pourtant, toujours rien, malgré le fait que PSA et Fiat Chrysler sont aussi visés par une information judiciaire pour "tromperie aggravée".

Depuis 2016, la Commission européenne a introduit un test visant à contrôler les polluants en condition de conduite réelle (RDE), mais la marge d’erreur laissée par Bruxelles est telle que beaucoup d’élus n’hésitent pas à dénoncer un "permis de polluer".

Note positive cependant, certaines grandes villes comme Paris ou Bruxelles envisagent d’interdire le diesel dans les années à venir.

Par Clothilde Bru, publié le 18/09/2018

Copié

Pour vous :