AccueilSociété

Deux anciens légionnaires condamnés pour viol et séquestration d’un militant LGBTQ+

Publié le

par Eve Chenu

Séquestré durant deux jours, tabassé et violé, il était parvenu à appeler au secours un équipage de policiers municipaux.

Deux anciens légionnaires condamnés pour viol et séquestration d’un militant LGBTQ+

© Matthew Ansley (Unsplash)

Deux anciens légionnaires ont été condamnés mercredi à Aix-en-Provence, à dix-huit et cinq ans de prison pour le viol et la séquestration violente d’un militant LGBTQ+ algérien, dans une chambre d’un hôtel marseillais en 2017. La cour d’assises a retenu la circonstance aggravante d’homophobie tant pour les violences que pour le viol, dont le seul accusé était Graham Shrubb, un Irlandais de 35 ans.

Les deux anciens militaires, échoués à Marseille, avaient convié Zak Ostmane dans leur chambre d’hôtel le 5 mars 2017 après l’avoir croisé dans un bar du Vieux-Port. Séquestré durant deux jours, attaché à une chaise, tabassé, couvert d’insultes homophobes et racistes et finalement violé, celui-ci avait finalement retrouvé la liberté après avoir appelé au secours un équipage de policiers municipaux de passage dans la rue.

"Ces condamnations doivent servir d’exemple pour toute personne haineuse qui essaie d’instiller une homophobie qui n’a pas sa place dans une société normale", a réagi le militant algérien de 42 ans pour les droits des personnes LGBTQ+ en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, qui a obtenu le statut de réfugié en 2014 après avoir fui l’Algérie.

Les condamnations sont légèrement inférieures aux réquisitions de l’avocat général Christophe Raffin qui estimait que "Graham Shrubb a commis les faits les plus graves et a été le moteur des violences". Il avait requis 18 à 20 ans de réclusion criminelle contre l’ex-soldat irlandais et huit à dix ans d’emprisonnement contre Alejandro Salazar, 29 ans, qui n’aurait pas participé au viol. Finalement condamné à cinq ans d’emprisonnement, le jeune Chilien a été réincarcéré. Il avait été remis en liberté en mars 2019 après deux ans de détention provisoire.

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :