AccueilSociété

Cyberharcèlement : Alexandra Boris Jouvier témoigne après le suicide de sa fille Juliette

Publié le

par Astrid Van Laer

© Konbini news

Cinq mois après le décès de l’adolescente, sa mère témoigne car "les jeunes ont besoin d’entendre de vraies histoires".

"Dans ce téléphone, vous allez comprendre pourquoi je ne suis plus là" : le 1er mai dernier, Juliette, 15 ans, a décidé de mettre fin à ses jours. La jeune femme, qui comptait près de 50 000 abonnés sur Instagram, était victime de cyberharcèlement.

Cinq mois après avoir perdu sa fille, Alexandra Joris Bouvier, qui a créé l’association RESPECT’Moi #UneviepourJuliette, souhaite alerter et sensibiliser sur cette forme de violence qui touche un jeune sur cinq. "Juliette ne reviendra jamais, mais j’aimerais que son départ serve à quelque chose", nous confie-t-elle.

Pour rappel, le cyberharcèlement est un délit passible d’une peine de trois ans de prison et de 45 000 euros d’amende.

À voir aussi sur news :