AccueilSociété

Covid : le "forfait psy" pour les enfants et les ados en détresse mis en place fin mai

Publié le

par Clothilde Bru

© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP

Il prévoit la prise en charge à 100 % de 10 séances d’accompagnement psychologique.

Le "forfait psy", qui permettra le remboursement de dix séances chez un psychologue pour les enfants affectés par la crise sanitaire, sera "opérationnel" fin mai, a indiqué mardi le secrétariat d’État à l’Enfance.

Ce dispositif avait été annoncé par Emmanuel Macron lors d’un déplacement dans un hôpital psychiatrique de Reims, mi-avril, pour apporter une "réponse d’urgence à la souffrance psychique des jeunes dans un contexte de crise sanitaire, où l’état de santé mental et psychologique des Français se dégrade".

Destiné aux 3 à 17 ans, il s’adresse aux enfants et adolescents "présentant des troubles du comportement et des signes légers à modérés de détresse psychologique, suscitant l’inquiétude de l’entourage (famille, milieu scolaire, médecin généraliste, pédiatre, PMI par exemple)", a précisé mardi dans un communiqué le cabinet d’Adrien Taquet, secrétaire d’État chargé de l’Enfance.

"Opérationnel à la fin du mois de mai", le forfait psychologique d’urgence sera "déployé sur l’ensemble du territoire et permettra la prise en charge à 100 % de 10 séances d’accompagnement psychologique, sans avance de frais, comprenant un entretien initial bilan et jusqu’à neuf séances de soin", est-il ajouté.

Sur ordonnance

Le psychologue devra être choisi par la famille sur une liste nationale accessible d’ici la fin du mois sur un site dédié "psyenfantado.sante.gouv.fr" permettant d’identifier un professionnel exerçant à proximité.

Pour en bénéficier, les enfants devront avoir une ordonnance avant le 31 octobre 2021 et les séances devront être réalisées avant le 31 janvier 2022.

Au-delà de ce forfait "transitoire", le chef de l’État a promis lors de son déplacement que des réponses "plus structurelles" seraient débattues lors des Assises de la santé mentale prévues cet été. Elles devraient être proposées au second semestre, a indiqué le cabinet d’Adrien Taquet.

Selon des chiffres du gouvernement, le recours aux urgences psychiatriques a augmenté de 40 % en 2020 et 40 % des parents ont déclaré avoir observé des signes de détresse chez leur enfant depuis le premier confinement.

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur news :