AccueilSociété

Covid-19 : et sinon, il y a quand même eu cinq bonnes nouvelles cette semaine

Publié le

par Lisa Drian

© Getty Images

Et ça fait tout autant de mauvaises nouvelles pour ce fichu virus...

La quatrième semaine de reconfinement en France touche déjà à sa fin et, chez Konbini news, on tenait à partager des nouvelles positives avec vous.

La multinationale IBM présente, 52 ans plus tard, ses excuses à une femme trans

Mieux vaut tard que jamais. La société IBM présente enfin ses excuses à l’ingénieure en informatique Lynn Conway, pour l’avoir licenciée parce qu’elle était trans. Elle est aujourd’hui âgée de 82 ans et a de nouveau été convoquée par son ancienne entreprise, cette fois, non pas pour se faire licencier, mais pour recevoir des excuses à l’égard du traitement qu’elle a subi, raconte Slate.

Un prix d’excellence pour l’ensemble de son travail durant toute sa carrière lui a été remis. Un prix qui a dû, certes, mettre du baume au cœur de l’octogénaire, mais qui n’effacera pas le mal causé. L’employée de l’époque avait pourtant un avenir prometteur au sein de la société. Lorsqu’elle était employée, à partir de 1964, le directeur avait d’abord eu l’intention de la garder au sein de l’entreprise, mais par crainte de la polémique, il décida finalement d’interrompre son contrat.

L’Écosse valide la gratuité des protections périodiques

Nous vous en parlions cette semaine, l’Écosse a validé la gratuité des protections périodiques, afin de lutter contre la précarité menstruelle. C’est une première mondiale : toutes celles qui en ont besoin auront accès gratuitement à des tampons et des serviettes hygiéniques.

Une avancée dont se félicite la Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, sur Twitter :

Les 121 membres du Parlement ont approuvé le texte à l’unanimité. "Nous sommes tous d’accord pour dire que personne ne devrait avoir à s’inquiéter de ses prochains tampons ou protections réutilisables", a déclaré au Parlement la députée travailliste écossaise Monica Lennon, à l’origine de la proposition de loi, indique l’AFP. Que ce soit dans les écoles, les collèges et les lycées, tous les établissements devront désormais proposer des protections périodiques gratuites dans leurs toilettes.

C’est officiel : le Luxembourg sera le premier pays à interdire le glyphosate

Nouvelle année, nouvelle résolution pour le Luxembourg. Le 1er janvier 2021 signera l’arrêt du glyphosate pour le petit pays. C’est grâce à un accord de coalition avec les Verts que la décision a pu être prise, explique Libération. L’interdiction se déroulera en trois phases : l’autorisation de mise sur le marché des produits sera retirée avant un délai d’écoulement des stocks, puis le pays accordera un délai de grâce pour les derniers produits encore disponibles.

Le Luxembourg est pionnier en la matière – près de 60 % des exploitations agricoles ont déjà renoncé à ce produit. Il espère ainsi donner l’impulsion à bon nombre de pays européens.

Besoin de relâcher la pression ? Vous pouvez appeler ce numéro et hurler autant que vous le souhaitez

Qui n’a jamais eu envie de relâcher le stress accumulé lors de ces deux confinements en hurlant toutes ses frustrations ? Il faut bien l’avouer, ce n’est jamais le bon moment. Entre les coups de fil, les réunions en visio, les enfants qui rentrent de l’école, les courses et le silence religieux devant sa série préférée, il reste peu de place pour extérioriser toutes les contrariétés qui s’amoncellent.

L’office de tourisme islandais a pourtant bel et bien trouvé la solution, en mettant au point une thérapie bien particulière : la thérapie par le cri. L’idée est simple, il suffit de téléphoner au numéro indiqué et vous aurez ensuite tout le loisir de vous époumoner à votre guise. L’enregistrement sera ensuite diffusé, mais pas n’importe où : dans l’un des endroits les plus déserts du pays. Le concept, baptisé "Let it Out", permet de faire retomber la pression en hurlant.

L’office du tourisme n’est pas le seul sur le marché du cri, rappelle le Huffington Post. Le site Just Scream vous proposera un numéro à composer… pour hurler à l’autre bout du fil, tout simplement.

Le zoo d’Amnéville met fin à son spectacle de tigres

Rideaux pour l’un des spectacles les plus coûteux du zoo. Le spectacle Tiger World accueillait jusqu’à 1 900 spectateurs dans une arène, précise France Bleu. Il faut dire que le spectacle ne faisait pas l’unanimité, notamment auprès des associations pour la protection des animaux.

C’était un "gouffre financier", sachant que celui-ci aura coûté 33 millions d’euros au total – il était en partie responsable de la dette du zoo. Tiger World sera remplacé par "une présentation des tigres dans des espaces paysagers spécialement conçus pour l’observation des fauves à l’heure du repas", explique le communiqué de la nouvelle direction.

À voir aussi sur news :