© Nastco / iStock / Getty Images Plus

Covid-19 : et sinon, il y a quand même eu 5 bonnes nouvelles cette semaine ! #6

Et ça fait tout autant de mauvaises nouvelles pour ce fichu virus, ce maudit agent infectieux, si petit, si vicieux.

La septième semaine de confinement en France touche déjà (ou pas) à sa fin et chez Konbini news, on tenait à partager des nouvelles positives avec vous : elles seront bonnes pour le moral de toutes les troupes ! Oui, oui, aussi bien pour ceux qui ont l’impression d’être assignés à résidence depuis des lustres que pour ceux qui ne voient pas le temps passer (merci le binge-watching, le télétravail ou les trois enfants à gérer) ou encore pour tous ceux qui sont en première ligne face au coronavirus (on pense à vous et on vous dit merci).

Tous les internes toucheront la prime exceptionnelle

L’annonce, par le ministre de la Santé, du versement d’une prime exceptionnelle en guise de reconnaissance de la mobilisation et de l’engagement des "personnels hospitaliers" a soulevé des interrogations quant à l’inclusion ou non, de tous les internes en médecine et notamment des internes en ambulatoire. Olivier Véran a finalement précisé que tous les internes percevraient la prime.

Publicité

Elle s’élèvera à 1 500 euros pour les personnels des services les plus exposés dans la trentaine de départements les plus touchés ou encore dans les services Covid+ des 108 hôpitaux concernés et à 500 euros pour les personnels des autres services.

Des renards dans le cimetière du Père-Lachaise à Paris

Un couple de renards et leurs quatre renardeaux ont été aperçus (et photographiés) par le conservateur du bien connu cimetière du Père-Lachaise, dans le 20e arrondissement parisien.

Publicité

Occupé par des "locataires" on ne peut plus silencieux et délaissé par ses visiteurs, le cimetière est un véritable havre de paix pour la petite famille qui pourra gambader encore quelques jours, voire semaines, entre les tombes de Marcel Proust, d’Alain Bashung ou de Pierre Desproges.

Pénélope Komitès, adjointe à la mairie de Paris, qui a relayé les images, a précisé au Parisien qu’une réunion serait organisée "avec l’agence d’écologie urbaine de la ville de Paris pour savoir comment les protéger. On ne peut pas imaginer qu’ils se fassent écraser par une voiture. Il va falloir trouver une solution."

Publicité

Un test pour préciser le degré d’immunité face au Covid-19

Pierre Charneau, directeur du laboratoire Pasteur-TheraVectys, a présenté ce test dans un entretien à Libération. Ce test de sérologie permettrait d’identifier "les individus vraiment protégés" du Covid-19 par leur résistance à ce dernier.

Selon le virologue, "c’est donc un outil précieux pour accompagner le déconfinement", mais il précise que l’accès des particuliers à ce test ne dépend pas de son équipe.

"Nous avons d’ores et déjà mis ce test à la disposition des chercheurs en épidémiologie pour le suivi de cohortes […] La Haute autorité de santé a établi un cahier des charges auquel nous sommes soumis. Il exige, par exemple, une fiabilité d’au moins 98 %. On est largement dans cet étiage, mais il faut le démontrer expérimentalement et cela prend plusieurs semaines. On n’en est pas là."

Publicité

Pierre Charneau précise que des centaines de milliers de tests pourraient être produits très rapidement.

Un distributeur automatique de gel hydroalcoolique sans contact

L’ingénieur et architecte Eric Le Méné a inventé une borne à gel désinfectant adaptée, notamment aux lieux de passage tels que les stations de métro, les arrêts de bus ou tout autre espace public. Cette invention permettrait aux usagers de se désinfecter plus régulièrement les mains et ainsi, d’assurer le respect de ce geste barrière sans eau et sans savon.

gel express

Le distributeur Gel Express. (© Eric Le Méné)

Une centaine de projets de vaccins "anti-Covid", dont une dizaine à l’essai

Selon des données de la London School of Hygiene & Tropical Medicine (école réputée de médecine britannique) il existerait 120 projets de vaccins contre la maladie provoquée par le coronavirus SARS-CoV-2, dont 110 à un stade de développement "pré-clinique" et 8 au stade des essais cliniques de phase I sur des hommes.

La mise au point de vaccins efficaces et sûrs est un point clé de la bataille contre la pandémie de Covid-19, qui a tué plus de 200 000 personnes dans le monde.

Néanmoins, un délai de 12 à 18 mois minimum a souvent été avancé par des organisations sanitaires comme l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et par de grands laboratoires pharmaceutiques. Certains experts, comme la spécialiste britannique des vaccins Sarah Gilbert, professeure à l’université d’Oxford et engagée avec sa biotechnologie Vaccitech sur des essais, ou encore Frédéric Tangy, spécialiste des vaccins à l’Institut Pasteur (qui travaille à trois projets de vaccins différents), estiment possible d’avoir un vaccin d’ici la fin 2020 (information AFP).

Restez chez vous et binge-watchez toutes les vidéos de Konbini news par ici !

Par Lila Blumberg, publié le 30/04/2020