AccueilSociété

Coronavirus : peut-on interdire l'accès des supermarchés aux enfants ?

Publié le

par Clothilde Bru

© BSIP / Getty images

Plusieurs enseignes ont refusé l'entrée à des parents, au motif qu'ils étaient accompagnés d'un enfant.

C’est notamment à cause de l’existence de porteurs sains que le coronavirus s’est propagé si rapidement. Le porteur sain, c’est celui ou celle qui ne présente aucun symptôme, bien qu’il ou elle soit infecté·e par le virus. Le porteur sain est indétectable mais bel et bien contagieux.

L’enfant est un porteur sain potentiel. Dans l’immense majorité des cas, les petits qui attrapent le virus ne sont pas malades. Dans l’esprit de certains, ils sont ainsi devenus une menace, un vecteur possible de Covid-19. 

Depuis le début du confinement mi-mars, les autorisations de sorties ne sont pas claires. À tel point qu’elles ont fait l’objet d’un second décret pour tenter de clarifier le cadre dans lequel il nous ait autorisé de quitter notre domicile.

Pour autant des zones grises demeurent. Certains profitent de ces vides juridiques pour s’octroyer des petits moments de liberté, d’autres au contraire se prennent à compléter certaines interdictions.

C’est le cas de plusieurs dirigeants de supermarchés, qui interdisent l’accès aux enfants au motif qu’ils sont de potentiels porteurs sains, et qu’à ce titre ils pourraient représenter un danger pour les autres clients.

Le Défenseur des droits aurait reçu une dizaine de signalements à ce sujet, rapporte l’AFP. 

Peut-on aller faire ses courses avec ses enfants ? Les Échos ont posé la question à Me Xavier Autain. S’agissant des déplacements avec les enfants, les règles sont très claires pour les promenades par exemple. En revanche, "les textes sont moins clairs à propos des courses", reconnaît l’avocat. 

"C’est interdit aux enfants"

Mathilde a 25 ans. Elle est mère célibataire et habite dans La Marne. Lundi 23 mars, elle a voulu aller faire ses courses avec sa fille de 4 ans et demi. Elle raconte dans les colonnes de France 3-Régions : 

"Arrivée devant le magasin, le vigile sort en tendant les bras et il me dit : 'non je ne peux pas vous laisser entrer. C’est interdit aux enfants.'"

L’agent de sécurité ajoute, magnanime : "Il n’y a pas le droit aux enfants. Le directeur accepte exceptionnellement juste pour aujourd’hui de vous laisser passer, mais ça ne sert à rien de revenir, car c’est la seule et unique fois." La jeune femme est scotchée. "Comment font les familles monoparentales ?", s’interroge-t-elle.

Des témoignages comme le sien, on en trouve aussi sur Twitter.

Il s’agit souvent de femmes, des "mamans solo" qui élèvent seules leurs enfants en bas âge, et qui n’ont simplement pas d’autre choix que de les prendre avec elles pour faire les courses.

Mercredi 8 avril, le Défenseur des droits a fait savoir que ce genre d’interdictions constituait "une atteinte au droit de l’enfant à être protégé", avant de partager la Convention internationale des droits de l’enfant.

Et de conclure afin de lever toute ambiguïté sur cette question :

"Le refus d’accès des enfants aux magasins d’alimentation ne fait pas partie des mesures restrictives relatives à la lutte contre la propagation du virus Covid-19. […] Les magasins d’alimentation ne peuvent donc légalement interdire leur accès aux personnes accompagnées d’un ou de plusieurs enfants, ni demander à ces personnes de laisser leurs enfants à l’entrée du magasin, y compris au niveau des caisses ou à la garde d’un vigile."

À voir aussi sur news :