© STR / AFP

Coronavirus : la Chine a besoin de masques de protection "en urgence"

Lorsqu'elles fonctionnent à plein régime, les usines chinoises produisent environ 20 millions de masques par jour.

La Chine a besoin en urgence de fournitures médicales pour faire face à l’épidémie de coronavirus, notamment de masques, de lunettes et de combinaisons de protection, a déclaré lundi la diplomatie chinoise.

Les craintes liées à cette l’épidémie de pneumonie virale, qui a contaminé plus de 17 000 personnes, dont plus de 360 mortellement, ont poussé les Chinois paniqués à faire le plein de masques à usage unique pour tenter de limiter sa propagation.

Publicité

Plusieurs pays, dont la France, le Royaume-Uni, le Japon et la Corée du Sud, ont déjà envoyé des équipements à la Chine, a déclaré à la presse une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying.

Lorsqu’elles fonctionnent à plein régime, les usines chinoises produisent environ 20 millions de masques par jour, selon le ministère de l’Industrie.

Le masque rendu obligatoire dans plusieurs provinces

Tian Yulong, du ministère de l’Industrie, a indiqué qu’à l’issue des longs congés du Nouvel An lunaire, elles reprennent leur production et que désormais elles fonctionnent à "entre 60 et 70 % de leur capacité".

Publicité

Outre le Hubei, plusieurs provinces et villes de Chine ont rendu obligatoire le port du masque alors que les craintes concernant la propagation du virus ne cessent de croître.

Cela comprend la province du Guangdong, la plus peuplée de Chine qui a imposé le port du masque à ses plus de 110 millions d’habitants, ainsi que celles du Sichuan, du Jiangxi, du Liaoning et la ville de Nankin. Au total, ce sont plus donc 300 millions de personnes qui doivent sortir le visage couvert d’un masque.

Il est très inhabituel que la Chine reconnaisse son incapacité à faire face à une crise intérieure. Le seul appel lancé par Pékin à l’aide internationale remonte à 2008, lorsqu’un séisme dévastateur avait fait plus de 80 000 morts et disparus.

Publicité

Konbini news avec AFP

Par Astrid Van Laer, publié le 03/02/2020