AccueilSociété

Confinement le week-end à Paris : une hypothèse "inhumaine" pour Anne Hidalgo

Publié le

par Astrid Van Laer

© JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

La maire de la capitale s’est vivement opposée à cette éventualité ce lundi.

Revenant sur le couac de la communication de la mairie de Paris la semaine dernière, Anne Hidalgo a donné une conférence de presse dans lequel elle a assuré : "Nous n’avons pas proposé un confinement strict de trois semaines." Pour rappel, son premier adjoint Emmanuel Grégoire avait sous-entendu vouloir mettre en place cette mesure stricte "de façon à vraiment redonner de l’oxygène et avoir la perspective dans trois semaines de tout rouvrir".

Aujourd’hui, l’édile a déclaré que cette solution était "sur la table". "Il ne faut pas l’écarter, ce n’est pas un sujet tabou", a-t-elle dit, ajoutant : "Mais ce n’est pas une hypothèse sur laquelle nous avons travaillé." "Les propositions que je formule, c’est non au confinement le week-end du fait des caractéristiques de la ville parisienne, du fait que beaucoup de gens vivent dans des petits appartements. C’est le cas aussi pour la Seine-Saint-Denis. Ce confinement le week-end ne résoudrait pas grand-chose."

Anne Hidalgo a qualifié l’éventualité de mettre en place un confinement de la capitale le week-end de "proposition inhumaine", expliquant : "Le préfet de police m’a questionnée sur la proposition du gouvernement visant à confiner Paris et la petite couronne le week-end. J’ai dit mon désaccord avec cette proposition, une proposition que je trouve difficile, dure voire inhumaine."

Et la maire de Paris d’arguer :

"De très nombreux habitants vivent dans des appartements exigus sans espace extérieur, parfois même à plusieurs générations sous un même toit. Ces habitants dans ces quartiers ont déjà payé un très lourd tribut à cette épidémie."

Anne Hidalgo a également annoncé que le nombre de nouveaux cas pour 100 000 habitants était de 326 cette semaine, contre une moyenne nationale de 222 sur la même période. "Nous sommes à un moment charnière et la situation sanitaire ne s’améliore pas, elle continue de se dégrader sur Paris et sa région. Nous avons besoin d’une stratégie sanitaire claire et nous avons besoin d’un débat clair et respectueux", a-t-elle poursuivi demandant enfin de "l’aide" et en demandant la multiplication "par quatre de la vaccination en Île-de-France".

À voir aussi sur news :