AccueilSociété

Confinement du Pas-de-Calais, vaccin, nouvelles mesures : les annonces de Jean Castex

Publié le

par Astrid Van Laer

© Capture écran Facebook Gouvernement

Évoquant des éléments "très préoccupants", le chef du gouvernement a annoncé la mise en place de nouvelles mesures.

Jean Castex a à nouveau pris la parole ce jeudi pour détailler la stratégie de son gouvernement concernant la crise sanitaire. "La circulation du virus s’est accélérée depuis une quinzaine de jours", a-t-il déclaré en préambule, pointant du doigt le variant anglais, "une souche plus contagieuse".

"La circulation du virus a continué de progresser" depuis une semaine, "mais à une vitesse moindre que ce que nous pouvions craindre", évoquant une hausse des contaminations de 1,4 %, contre 14 % la semaine précédente. "Je ne m’en satisfais évidemment pas", a-t-il toutefois dit.

"La contamination chez les personnes les plus âgées continue de se réduire", a ajouté Jean Castex. Et le Premier ministre d’ajouter : "J’y vois la confirmation des premiers effets de la vaccination qui s’adresse en priorité à ces publics vulnérables". Évoquant alors deux éléments "beaucoup plus préoccupants" selon lui : à savoir que 25 156 malades sont actuellement hospitalisés pour cause de Covid-19 : "cela reste un niveau très élevé".

23 départements sous surveillance renforcée

Parmi eux, 3 747 étaient en réanimation, a-t-il précisé, complétant : "Il ne s’agit pas d’une augmentation massive mais cela démontre bien que la pression ne se relâche pas". En outre, cela "dissimule des situations territoriales beaucoup plus contrastées", a-t-il souligné, expliquant la mise en place la semaine dernière de mesures spécifiques dans les agglomérations de Nice et Dunkerque.

Il a pointé du doigt l'"évolution préoccupante" des 20 départements déjà placés sous surveillance renforcée. Dans ces 20 départements, "le virus a continué de progresser, à l’exception des Bouches-du-Rhône et de la Moselle". Le nombre de départements sous cette surveillance passe à ce jour à 23, avec l’ajout des Hautes-Alpes, de l’Aisne et de l’Aube, a-t-il aussi dit.

Ces éléments conduisent le gouvernement à "arrêter 4 séries de mesures", a-t-il dit, listant : l’extension du dispositif de confinement le week-end à l’ensemble du département du Pas-de-Calais, et ce dès ce week-end, la fermeture des grandes surfaces non alimentaires de plus de 5 000 mètres carrés y sera également mise en place.

Puis, les grands centres et surfaces commerciaux de plus de 10 000 mètres carrés seront fermés dans l’ensemble des départements à risque, dans lesquels l’obligation du port du masque dans toutes les zones urbaines où elles ne s’appliquent pas encore va aussi entrer en vigueur. En outre, les préfets pourront décider de la fermeture des lieux extérieurs très fréquentés tels que les quais de Seine ou de la Garonne. "Les préfets pourront être amenés à interdire des manifestations lorsqu’elles présenteront un risque sanitaire avéré", dès vendredi à minuit, a-t-il aussi annoncé.

Une "course contre la montre"

Jean Castex a assuré qu’il y aurait une accélération "significative" de la vaccination dans ces 23 départements, avant de donner deux recommandations : "faire collectivement l’effort de réduire nos contacts sociaux et familiaux", à savoir éviter de se retrouver à plus de 6 personnes, mais aussi "ne pas sortir autant que possible de leur département ou de leur région".

Concernant un confinement pur et simple, Jean Castex a déclaré qu’il s’agissait d’une "mesure lourde". "Il ne peut donc s’agir d’une mesure prise dans le doute de manière préventive ou par anticipation", a-t-il dit, ne fermant cependant pas la porte à sa mise en place dans les jours ou semaines à venir. "Nous devons tout faire pour l’éviter", a-t-il ajouté.

Avant de poursuivre en évoquant la stratégie vaccinale : 3,2 millions de personnes sont d’ores et déjà vaccinées, dont 1,8 a reçu ses deux doses, a-t-il fait savoir, précisant qu’il s’agissait de personnes particulièrement vulnérables. Plus de 80 % des résidents d’Ehpad ont reçu la double injection et 60 % ont eu leurs deux doses, a ajouté Jean Castex, invitant "solennellement" les personnels de ces Ehpad à se faire vacciner.

"Les livraisons de dose à la France vont s’accroître dans les semaines à venir", a-t-il ensuite assuré, annonçant l’arrivée de 22 millions de doses en mars et en avril. D’après lui, 20 millions de personnes pourront avoir été vaccinées d’ici la mi-mai et 30 millions d’ici l’été, précisant qu’à compter du 15 mars, les pharmacies pourront vacciner.

Et le chef du gouvernement a conclu en évoquant, comme à chacune de ses conférences de presse, "une course contre la montre" contre le virus.

À voir aussi sur news :