AccueilSociété

Commerces, fêtes de fin d'année, chômeurs en fin de droits... Ce qu'a annoncé Jean Castex

Publié le

par Astrid Van Laer

© Capture écran Facebook Ministère de la Santé

"Aujourd'hui, en France, un décès sur quatre est lié au Covid-19", a-t-il affirmé.

Deux semaines après l’annonce du reconfinement par le président de la République, son Premier ministre Jean Castex a pris la parole ce jeudi à l’issue d’un conseil de défense.

"Comme nous l’avions annoncé, l’impact sanitaire de l’épidémie reste très lourd", a en premier lieu déclaré le chef du gouvernement, évoquant 10 000 décès supplémentaires dus au Covid-19 dans les deux derniers mois. Un décès sur quatre est dû au virus aujourd’hui en France, a-t-il affirmé.

Et Jean Castex de poursuivre : "La pression sur notre système hospitalier s’est fortement accrue et met nos soignants dans une tension extrême." Ajoutant : "Il faut éviter à tout prix le drame d’une prise en charge dégradée." Il a annoncé qu’actuellement, il y a une hospitalisation toutes les 30 secondes et une admission en réanimation toutes les 3 minutes. Parmi ces admis en réanimation, 40 % ont moins de 65 ans, a-t-il dit.

"Nous avons dépassé le pic du mois d’avril en nombre d’hospitalisations", a ajouté Jean Castex. Concernant le reconfinement, différent du confinement mis en place au printemps dernier, il a évoqué "des effets cohérents avec ce que [le gouvernement recherchait]". "Nous observons une réduction très forte des déplacements depuis deux semaines", s’est-il félicité, évoquant la progression du télétravail dans de nombreuses entreprises.

"Il serait irresponsable d’alléger le dispositif dès maintenant"

"Nous pouvons encore progresser", a-t-il toutefois dit, ajoutant : "L’activité économique pourrait baisser de 12 % en novembre", "c’est trois fois moins qu’au printemps". Quant à la progression de l’épidémie, celle-ci s’est ralentie depuis une semaine, d’après Jean Castex, qui évoque "une baisse de l’ordre de 16 %", soulignant toutefois qu’il n’y a pas encore d’impact clair sur le nombre d’hospitalisations.

"Il serait irresponsable d’alléger le dispositif dès maintenant", a poursuivi le chef du gouvernement. "Les règles sont maintenues inchangées au moins pour quinze jours", a-t-il donc annoncé, la fermeture des commerces dits "non essentiels" comprise.

Le Premier ministre a ensuite évoqué la situation des demandeurs d’emploi en fin de droits et a annoncé avoir proposé à la ministre du Travail de "reconduire le dispositif exceptionnel de droit à l’assistance chômage pour ceux qui sont en fin de droits le temps du confinement".

"Nous ne devons pas relâcher nos efforts mais les amplifier", a-t-il en outre déclaré, pointant du doigt "un respect insuffisant des règles" pour certains. "J’ai donné des consignes de fermeté au ministre de l’Intérieur et [ordonné] d’accroître encore la mobilisation des forces de l’ordre", a-t-il donc annoncé, notamment à Paris et dans les grandes métropoles.

Pas de réouvertures des bars, restaurants et salles de sport au 1er décembre

Il a ensuite envisagé la prise de mesures "supplémentaires" si les indicateurs montraient que le reconfinement ne fonctionnait pas comme escompté. Dans le cas contraire, des mesures d’allègement "strictement limitées aux commerces" pourraient être mises en place.

Mais Jean Castex a d’ores et déjà fermé la porte à la réouverture des bars, restaurants et salles de sport. Enfin, les fêtes de fin d’année pourront avoir lieu, a fait savoir le Premier ministre, mais "ne se tiendront pas comme d’habitude", a-t-il aussi prévenu, évoquant notamment le réveillon du 31 décembre.

À voir aussi sur news :