Cette association recycle les savons d'hôtels pour les redistribuer

Par son action, Clean the World a fait baisser le taux de mortalité liée à une mauvaise hygiène de 60 %.

En récupérant les savons et produits de toilette des grands hôtels pour les recycler, Clean the World tente d’améliorer les conditions d’hygiène des pays les plus pauvres.

Publicité

À force d’arpenter les hôtels, Shawn Seipler s’est demandé un jour ce que devenaient les petites savonnettes usagées, que l’on trouve dans les salles de bain. En apprenant qu’elles étaient tout simplement jetées à la poubelle, il s’est donné pour mission de les collecter et de les recycler, afin de les redistribuer dans certains pays qui en ont besoin. Rien de moins.

Ainsi est née en 2009 cette start-up, qui a commencé dans un garage avec quelques potes, des hachoirs à viande et des autocuiseurs pour stériliser les produits récupérés. Tout ce qu’on aime. Depuis, Clean the World a distribué plus de 50 millions de savons dans 127 pays. Quand on sait que le manque d’hygiène a tué 1,5 million d’enfants à travers le monde ces cinq dernières années, on comprend que le travail de cette association est salvateur.

Aujourd’hui, comme nous l’explique Abby Tang dans cette vidéo de Tech Insider, l’organisation est associée à des chaînes d’hôtels prestigieuses telles que Marriott, Hilton ou Disney World Resort Hotels. Le personnel de nettoyage de ces établissements recueille les articles de toilette usagés dans un bac fourni par Clean the World, qui de son côté les mélange, les stérilise et les retransforme dans ses centres situés à Orlando, Las Vegas, Montréal, ou encore Hong Kong. Ainsi, en produisant des millions de savons et kits d’hygiène, l’association a contribué à la baisse de 60 % du taux de mortalité liée à une mauvaise hygiène.

Publicité

En France, certaines organisations essayent de reprendre cette idée, comme Unisoap par exemple, qui a achevé sa campagne de financement participatif avec succès l’année dernière. On ne peut que louer ce genre d’initiatives.

Par Mickaël Laplaud, publié le 21/01/2020