AccueilSociété

Certains gels hydroalcooliques vendus en France sont inefficaces contre le Covid-19

Publié le

par Clothilde Bru

© Damien MEYER / AFP

Il n'y a plus qu'à se laver les mains.

Ils sont rentrés dans notre quotidien dès le début de l’épidémie : les gels hydroalcooliques. À l’époque, on avait rencontré son inventeur, le professeur suisse Didier Pittet.

Qu’on le porte sur soi ou qu’on l’utilise en grand format à l’entrée des magasins, le gel hydroalcoolique s’est révélé un allié précieux pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Toutefois, selon une étude menée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), il faut s’en méfier. Certains gels hydroalcooliques ne seraient pas efficaces contre le Covid-19, affirme ce travail de recherche relayé par France Info, mercredi 18 novembre.

"Inefficaces"et donc dangereux", précise le site d’informations en ligne qui a commenté les résultats de cette étude avec le directeur de cabinet de la DGCCRF, Romain Roussel.

"Un gel sous-dosé en alcool n’est pas efficace, selon des tests menés en laboratoire", explique-t-il. Et de préciser que pour être efficace contre le Covid-19, "les gels hydroalcooliques doivent contenir au moins 60 % d’alcool".

Des produits en vente partout

Or ce n’est pas le cas pour 13 % des quelque 162 produits déjà analysés par la DGCCRF. "C’est pourquoi nous avons fait classer ces produits en non conformes et dangereux", ajoute Romain Roussel.

Et on peut trouver ces flacons frauduleux partout : sur Internet, dans les bureaux de tabac, en grande surface et même en pharmacie, précise France Info"Dans certains cas, il s’agit de quelques dizaines de flacons lorsque ce sont les produits qui sont élaborés de manière artisanale. Pour d’autres, ça peut être plusieurs milliers de produits", alerte Romain Roussel.

Peut-on se fier aux étiquettes ? Rien n’est moins sûr. En mai dernier, France Info alertait déjà sur "la jungle des gels hydroalcooliques", ses "étiquettes nébuleuses" et ses "produits non conformes."

Toutefois, les produits identifiés par la DGCCRF comme étant non conformes ou dangereux vont être retirés du marché dans les jours qui viennent. Quant aux prélèvements, ils ont vocation à se poursuivre jusqu’à la fin de la pandémie pour venir à bout de ces solutions frauduleuses.

En attendant, on rappelle que se laver les mains au savon, ça fonctionne très bien aussi.