ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Ce qu’il faut retenir du témoignage à charge de Michael Cohen contre Donald Trump

L'avocat a bien retourné sa veste en faisant un portrait au vitriol de son ancien client, pendant son audition parlementaire.

(© Alex Wong/Getty Images North America/AFP)

Michael Cohen a été l’avocat de Donald Trump pendant 10 ans. Il a été condamné en décembre à trois ans de prison pour s’être parjuré devant le Congrès, mais aussi pour fraude fiscale, fraude bancaire et violation des lois sur le financement électoral.

Publicité

Cet homme, auparavant loyal au business man, a fini par retourner sa veste. Alors que le FBI soupçonne une collusion entre Moscou et Donald Trump, l’ex-avocat, qui sera incarcéré le 6 mai, a accepté de devenir témoin à charge. Il était auditionné ce mercredi 27 février par une commission du Congrès. L’avocat n’a pas épargné Donald Trump, devant les élus et des millions de téléspectateurs.

Un portrait au vitriol

Michael Cohen a dressé un portrait peu flatteur du président des États-Unis.

"M. Trump est une énigme. Il a de bons et de mauvais côtés, mais les mauvais surpassent les bons et, depuis qu’il est en fonction, il est devenu la pire version de lui-même."

Publicité

Si l’avocat ne nous fait pas découvrir de nouveaux aspects de la personnalité de Donald Trump, son témoignage est fourni en anecdotes accablantes. L’avocat insiste notamment sur la relation compliquée qu’entretient Donald Trump avec la vérité. Il affirme par exemple avoir eu à mentir au moins 500 fois pour le couvrir pendant la campagne présidentielle.

En conclusion de ces cinq heures d’audition parlementaire, l’avocat a fait part de ses craintes au sujet d’une réaction autoritaire de Trump en cas d’échec aux prochaines élections. Il émet la possibilité que celui-ci refuse de se plier au résultat.

"D’après l’expérience que j’ai eue au service du président Trump, je crains que s’il perd l’élection en 2020, il n’y ait jamais de transition pacifique du pouvoir. […] C’est pour cela que j’ai accepté de comparaître devant vous aujourd’hui."

Publicité

Des accusations graves

Racisme. Selon Michael Cohen, Donald Trump aurait déclaré "que les Noirs ne voteraient jamais pour lui parce qu’ils étaient trop stupides". D’autres anecdotes racontées par l’avocat illustrent bien cette facette de Donald Trump :

"Il m’a un jour demandé si je pouvais nommer un pays dirigé par une personne noire qui ne serait pas un 'pays de merde'. À cette époque, Barack Obama était président des États-Unis."

"On était un jour en voiture et on traversait un quartier difficile de Chicago. Il a dit que seuls des Noirs pouvaient vivre ainsi."

Publicité

Achat du silence d’une actrice porno. Michael Cohen affirme avoir versé 130 000 dollars à l’actrice Stormy Daniels pour l’empêcher de dévoiler la liaison qu’elle aurait eue avec Trump. Il prétend disposer, pour le prouver, d’une "copie d’un chèque du compte personnel de M. Trump que ce dernier a signé, après être devenu président" pour le rembourser de ces versements. De son côté, la maîtresse supposée a salué le courage de Michael Cohen et confirmé ce qu’il a dit devant le Congrès.

Trump aurait su à l’avance pour les fuites de WikiLeaks. Pendant la campagne présidentielle de 2016, WikiLeaks a fait fuiter des e-mails de cadres du Parti démocrate, dont certains de Hillary Clinton. Michael Cohen affirme que Donald Trump avait été mis au courant de ce projet de piratage, grâce à son ami Roger Stone, un ancien stratège du Parti républicain :

"En juillet 2016, quelques jours avant la convention démocrate, j’étais dans le bureau de M. Trump quand son secrétaire a annoncé que Roger Stone était au bout du fil. M. Trump a mis M. Stone sur haut-parleur.

M. Stone a dit à M. Trump qu’il venait de raccrocher après un coup de fil avec Julian Assange et que M. Assange avait dit à M. Stone que, d’ici à quelques jours, une énorme quantité d’e-mails serait publiée et nuirait à la campagne de Hillary Clinton. […] M. Trump a répondu en disant quelque chose comme 'ce serait super'."

Les projets immobiliers de sa société, encore en discussion avec la Russie pendant la campagne. Pour l’ex-avocat, "M. Trump était au courant et a dirigé les négociations Trump à Moscou tout au long de la campagne, et a menti à ce sujet. Il a menti parce qu’il n’aurait jamais pensé gagner l’élection".

Michael Cohen confirme ainsi certains soupçons de collusion entre Donald Trump et la Russie.

Un tissu de mensonges selon Donald Trump

Le président américain, qui était à Hanoï, au Vietnam, pour sa rencontre avec Kim Jong-un, a réagi ce jeudi matin. Il a déclaré en conférence de presse que son ancien avocat, avait menti pendant son audition "à 95 %".

 

Par abouviala, publié le 28/02/2019

Copié

Pour vous :