AccueilSociété

Ce qui attend les milliers d’animaux qui vont être abandonnés cet été

Publié le

par Lila Blumberg

© francescoch via iStock / Getty Images Plus

L’abandon d’un animal est puni par la loi.

Chaque année, la SPA (société protectrice des animaux) doit faire face à l’augmentation du nombre d’abandons durant la période estivale, au cours de laquelle ses 62 refuges en France accueillent plus de 15 000 chiens et chats.

L’abandon des animaux augmente considérablement l’été

Depuis la fin du confinement le 11 mai, 4 210 animaux (2 978 chats, 1 180 chiens, 135 NAC et 17 équidés) ont déjà été recueillis par l’association. Pour Stéphanie Verdu, vétérinaire référente de la SPA, il y a plusieurs explications à l’augmentation de ce phénomène pendant cette période.

Elle s’explique notamment par le mode de vie du propriétaire d’un animal et par l’augmentation du nombre de naissances à partir du printemps. En effet, il arrive fréquemment qu’au moment d’un départ en vacances ou d’un déménagement, les propriétaires d’animaux ne "pouvant pas" les emmener ou les faire garder, les abandonnent.

À cela s’ajoute le fait que, lorsque des animaux (surtout les chats) ne sont pas stérilisés par leurs maîtres, la période des chaleurs implique une reproduction massive. Christophe Dumont-Richet, responsable d’un refuge de la SPA et responsable de la région Centre, souligne que cette année pourrait être plus redoutable encore, car "pendant la période de confinement, les opérations de trapage et de stérilisation n’ont pas pu être faites".

Concrètement, "à partir du mois de juin, un appel pour un animal, c’est bien souvent une mère avec 4 chatons. Ça fait donc 5 places à trouver, 5 prises en charge chez le vétérinaire et 5 familles pour les faire adopter", explique Christophe Dumont-Richet.

Durant l’été, la SPA est "sursollicitée pour la prise en charge d’animaux, soit par la fourrière, soit par des particuliers qui souhaitent abandonner leur animal dans un refuge", précise-t-il.

"Certains animaux ne se remettent pas de leur abandon"

Selon Stéphanie Verdu, qu’un animal soit abandonné dans un refuge ou dans la rue, il subira forcément un stress lié à un nouvel environnement inconnu. Dans certains cas, cet état peut perdurer et l’animal développera un stress chronique, parfois difficile à soulager. La vétérinaire précise qu’un animal abandonné dans la rue devra en plus "batailler pour sa survie".

"À partir du moment où on remet l’animal dans un cadre qui lui permet d’exprimer ses besoins, on arrive à gérer ces situations et à les travailler, pour ceux pour qui c’est plus particulier." La vétérinaire explique que lorsqu’un animal a des traumatismes liés à son expérience, s’il a été battu par l’homme, par exemple, il est important de lui redonner confiance et de lui faire vivre des expériences positives.

Néanmoins, "certains animaux ne se remettent pas de leur abandon", précise le responsable du refuge de Marennes (Rhône). "Parfois, on a des chats qui succombent à l’abandon… Ils refusent de s’alimenter, ils s’affaiblissent et se laissent mourir."

Des alternatives à l’abandon existent

La vétérinaire insiste sur le fait qu'"il ne faut pas prendre un animal sur un coup de tête"Pour Christophe Dumont-Richet "un animal, c’est comme un membre de la famille, quand on l’a pris, on a fait une démarche responsable pour s’en occuper." Si la relation ou la cohabitation avec l’animal se complique, "il faut se laisser une chance pour trouver une solution", explique Stéphanie Verdu.

Dans le cadre d’un départ en vacances, Christophe Dumont-Richet affirme qu’il y a forcément une autre solution que l’abandon, puisque "les vacances, c’est une période temporaire". Si les difficultés sont liées au comportement de l’animal (aboiements, miaulements, malpropreté), il est important de consulter un vétérinaire comportementaliste, qui peut aider à les comprendre et à les régler, souvent facilement, ajoute la vétérinaire.

L’abandon en refuge, surtout pas dans la rue

Dans des situations extrêmes, lorsque l’animal et le propriétaire sont malheureux, l’abandon peut s’avérer être la seule solution. "On ne va pas faire vivre un chat dans une cage, parce que le propriétaire est allergique", affirme le responsable du refuge, qui a déjà pris en charge un félin vivant dans de telles conditions.

Les propriétaires doivent impérativement s’adresser à des refuges ou à des associations, mais en aucun cas abandonner leur animal dans la rue, sur une aire d’autoroute, dans une forêt ou dans n’importe quel endroit où il serait livré à lui-même, exposé à de nombreux dangers.

"Quand, vraiment, on est dans une situation sans solution pour l’animal, il faut le ramener auprès d’un refuge pour qu’il soit replacé, mais surtout, n’abandonnez pas votre animal en extérieur. Un chat va se faire écraser par une voiture, croquer par un chien, souffrir de la faim", résume Stéphanie Verdu.

La SPA a lancé une campagne pour lutter contre l’abandon et sensibiliser aux traumatismes et aux dangers que cela représente pour un animal. Le court-métrage Le Survivant retrace le parcours d’un chien abandonné.

À voir aussi sur news :