La cagnotte de soutien aux forces de l'ordre a dépassé le million d'euros

Lancée par le républicain Renaud Muselier, elle vise d'après lui à un "rééquilibrage des valeurs" françaises.

Ça y est : la cagnotte destinée à soutenir les forces de l'ordre a dépassé les 985 000 euros, avec plus de 35 000 participants à la mi-journée. Celle-ci a été lancée par Renaud Muselier, eurodéputé Les Républicains. Ce dernier a qualifié sa démarche de "réponse de citoyen aux complices des casseurs" : "la solidarité c'est pour les victimes, pas pour les voyous", a argué le président du conseil régional de la région PACA, ajoutant : "vive nos forces de l'ordre".

Publicité

Sur la cagnotte de Renaud Muselier, il est expliqué que cet argent ira aux "policiers, gendarmes et sapeurs-pompiers blessés au cours des débordements que notre pays subit depuis le mois de novembre", avant de détailler son objectif :

"Depuis hier une cagnotte a été lancée sur la plateforme 'leetchi.com' en faveur du voyou qui a attaqué nos forces de l’ordre.

En dehors du caractère absolument amoral de cette démarche, qu’il convient de dénoncer, il est de notre devoir en tant qu’amoureux de la République de répondre à cette initiative.

Il s’agit désormais de défendre les valeurs fondamentales de la France qui sont inscrites sur le fronton de nos Mairies : Liberté, Égalité, Fraternité !"

Cette cagnotte est donc une réponse à celle destinée à aider Christophe Dettinger, surnommé "le boxeur de gendarme", à payer ses frais d'avocats. Cagnotte qui a pour sa part été clôturée par la plateforme Leetchi, après avoir dépassé la somme de 117 000 euros et engendré une vive polémique. Leetchi s'était expliqué en ces termes : "au vu du montant atteint à ce jour, la cagnotte n’accepte désormais plus de contributions".

Publicité

L’ancien boxeur professionnel de 37 ans est actuellement en détention en attendant son procès pour "violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l'autorité publique ayant entraîné une ITT de plus de 8 jours". Christophe Dettinger avait été filmé samedi dernier en train de donner plusieurs coups de poing à un gendarme lors d’une altercation sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor, dans le 7e arrondissement de la capitale, durant la manifestation des gilets jaunes.

"Plus que d'une cagnotte, c'est de votre soutien dont nous avons besoin"

Sur Twitter, Renaud Muselier s'est félicité à de nombreuses reprises du succès que rencontre sa démarche, voyant dans cette somme un "rééquilibrage des valeurs". Même son de cloche du côté de Virginie Calmels, première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux, pour qui cette cagnotte "remet l'église au milieu du village".

De son côté, la police nationale a simplement réagi sur Twitter en remerciant les participants mais en précisant : "Plus que d'une cagnotte, c'est de votre soutien quotidien et de votre esprit civique dont nous avons besoin, dans toutes nos missions".

Publicité

Elle est également restée prudente : après l'immense succès de la cagnotte de Christophe Dettinger, beaucoup de cagnottes en soutien aux forces de l'ordre ont vu le jour, pas seulement celle de Renaud Muselier. La police a donc invité les possibles donateurs à rester vigilants, leur demandant à chacun de faire attention. Elle a précisé ne pas savoir si tous les dons récoltés iraient réellement d'une manière ou d'une autre aux forces de l'ordre :

"Les cagnottes de soutien relèvent d'initiatives individuelles ou associatives. Attention, nous n'avons aucune garantie de la destination finale des dons collectés".

Certains s'opposent à cette cagnotte, soulignant l'article R. 434-9 du Code de déontologie de la police nationale, qui consacre la "probité" dont le policier se doit de faire preuve : "[le policier ou le gendarme] n’accepte aucun avantage ni aucun présent directement ou indirectement lié à ses fonctions ou qu’il se verrait proposer au motif, réel ou supposé, d’une décision prise ou dans l’espoir d’une décision à prendre." Les fonds reversés ne seront toutefois pas versés directement aux forces de l'ordre, mais seront remis à une association : l'Amicale de la Police nationale.

Publicité

"Il y a eu manipulation"

Le montant extrêmement élevé des fonds récoltés soulève toutefois plusieurs inquiétudes parmi les usagers de Twitter. Certains d'entre eux soupçonnent une activité artificielle. Un graphique notamment, commence à circuler sur les réseaux sociaux :

La plateforme a réfuté toutes ces accusations. L'entreprise a publié un message en réponse à ces soupçons, pour expliquer avoir déjà répondu. "On a annoncé hier soir ce qui était en train de se passer, pas seulement sur cette cagnotte d'ailleurs (bien que vu son ampleur ce soit évidemment plus notable sur celle-ci)", a-t-elle écrit, ajoutant un message de la veille qui annonçait que la forte affluence sur son site allait causer certains retards, permettant notamment d'expliquer un décalage entre le nombre de participants affiché et la somme totale générée :

Une chose est sûre : le grand gagnant dans l'histoire semble être Leetchi, qui n'a jamais eu de publicité d'une telle envergure.

Par Astrid Van Laer, publié le 10/01/2019

Copié

Pour vous :