Cagnotte : 1,4 million d’euros sera reversé aux forces de l’ordre

Plusieurs oeuvres de soutien aux policiers, gendarmes et pompiers ont été choisies pour bénéficier de ces dons.

1 462 000 euros : c’est le montant final atteint par la cagnotte lancée le 8 janvier en "soutien aux forces de l’ordre", après les heurts qui se sont produits en marge des actes de mobilisation du mouvement des gilets jaunes. Avec 51 108 contributeurs, le don moyen s'élève à 28 euros par personne.

Publicité

Sur la totalité de cette somme, qualifiée de "record", un million d’euros sera reversé aux fonctionnaires blessés. Les fonds restants seront ensuite divisés en deux parts égales : 500 000 euros pour les blessés et 500 000 euros pour les "futures indemnisations".

Trois chèques de 120 000 euros seront respectivement envoyés à l’œuvre des pupilles orphelins des pompiers civils et militaires, à la fondation maison de la gendarmerie ainsi qu’à l’orphéopolis et l’œuvre des orphelins de la préfecture de police.

74 663 euros sont quant à eux réservés au comité d’entraide et d’action sociale de l’amicale de la police nationale. Enfin, la plateforme Leetchi percevra 27 787 euros, en raison de la commission d’1,9 % qu’elle prélève sur la somme définitive.

Publicité

Un comité de suivi sera mis en place

Son créateur, le président de la Région Sud, Renaud Muselier, a annoncé qu’un "comité de suivi chargé d’élaborer des règles" allait être mis en place car cette cagnotte "exige de la transparence, de l’équité et de l’efficacité", a-t-il estimé.

Cette cagnotte avait été lancée début janvier en réponse à celle organisée pour aider l’ancien boxeur Christophe Dettinger à payer ses frais d’avocat. Ce dernier avait été interpellé suite à des faits de violence lors de l’acte 8 de la mobilisation des gilets jaunes. La cagnotte lancée pour le soutenir a été désignée hier par le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, de "cagnotte de la honte".

Renaud Muselier avait qualifié sa démarche de "réponse de citoyen aux complices des casseurs", avant d’ajouter : "La solidarité, c’est pour les victimes, pas pour les voyous." Christophe Dettinger a pour sa part été condamné hier soir à une peine d’un an de prison ferme aménageable en semi-liberté.

Publicité

En réponse ironique à l’abondance de cagnottes lancées pour de multiples causes début janvier, le site parodique Le Gorafi avait même lancé sa "cagnotte pour rien".

Par Astrid Van Laer, publié le 14/02/2019

Copié

Pour vous :