© Tawnya Musse

Cadavres sur les réseaux : de plus en plus de personnes publient des photos de leurs morts

Si la pratique choque certains, elle semble permettre à d'autres d'accompagner leur deuil.

Au XIXe siècle, alors que la photographie était un art tout à fait nouveau, il était d’usage de photographier les mort·e·s dans leurs plus beaux atours. À une période où l’espérance de vie était relativement courte, l’invention d’une technique permettant de fixer pour toujours une image de la réalité mène à la propagation de la photographie post-mortem. De nombreux parents, notamment, souhaitaient alors conserver des clichés de leurs enfants décédés prématurément.

Deux siècles plus tard, la photographie s’est largement démocratisée, tant et si bien que plus de trois milliards d’images seraient quotidiennement partagées à travers le monde. Rien d’étonnant sans doute à ce qu’au milieu d’une nuée de selfies, de photos d’enfants ou de concerts, se glissent des images de personnes mortes. Après tout, si on considère que les réseaux sont un reflet de notre quotidien, la mort y a bien sa place.

Publicité

Portrait post-mortem d’un bébé, auteur inconnu, États-Unis, entre 1856 et 1860. (© Sepia Times/Getty Images)

C’est surtout aux États-Unis que la tendance reprend de l’ampleur – dans le même temps, de plus en plus de familles décident de garder le cadavre de leurs proches chez eux, une résurgence des veillées funèbres d’antan. Le New York Times conte l’histoire de Rhoda Rafkin, une Américaine décédée à l’âge de 98 ans, dont la photo a été partagée sur Facebook par sa fille, pour annoncer sa disparition, quelques heures après sa mort.

Installée sur une civière de fortune créée à partir d’une planche de surf et "vêtue d’un caftan bleu agrémenté de fleurs de tournesols, de roses et de glaïeuls", Rhoda a été placée, au côté de son golden retriever, au milieu d’un jardin qu’elle adorait :

Publicité

"J’étais folle de ma mère et je n’étais pas traumatisée par le fait qu’elle soit morte. J’ai vécu l’épidémie du sida. Je connais bien la mort. Il y a des façons de la remplir de sens. En plus, je ne suis pas croyante de façon religieuse mais je crois fort aux rituels et au fait qu’ils peuvent nous aider", affirme Louise Rafkin, la fille de Rhoda.

Photographie et mort : faire son deuil à l’ère 2.0

La nonchalance de Louise n’a pas plu à tou·te·s ses proches et ami·e·s Facebook. Pourtant, cette apparente insouciance vis-à-vis de la mort semble être un moteur du renouveau de la photographie post-mortem. Depuis le XXe siècle, les images de personnes décédées que nous voyons sont des clichés documentaires montrant des horreurs, notamment celles de la Seconde Guerre mondiale ou de génocides.

Celles et ceux qui immortalisent leurs mort·e·s (et partagent leurs images) tentent de faire leur deuil en "normalisant" le corps du défunt. Pour le photographe Oliver Wasow, l’objectif de la photo post-mortem en 2020 est le même qu’il y a 200 ans, il s’agit avant tout de "documenter la transition d’un corps physique à un souvenir". C’est d’ailleurs pour honorer une promesse faite à sa défunte mère (qui lui avait demandé de faire en sorte qu’on ne l’oublie pas) que le maquilleur pour mort·e·s, Bam Truesdale, a partagé des photos d’elle dans son cercueil :

Publicité

"Parmi les plus de 4 000 commentaires, la plupart faisaient état du fait que Madame Cummings [sa mère, ndlr] était belle et que Monsieur Truesdale s’était merveilleusement bien occupé d’elle. Des inconnus ont écrit qu’ils auraient aimé avoir pu faire la même chose avec leurs proches", constate le quotidien new-yorkais.

De leur côté, les thanatopracteur·rice·s racontent qu’il n’est pas inhabituel que des proches demandent des images du cadavre ou qu’ils prennent des selfies à côté du cadavre. Une façon, peut-être, de s’approprier l’absence et d’apprivoiser sa peur et sa peine.

À lire également -> Sur Instagram, un compte tente de retrouver l’identité de morts anonymes

Publicité

Par Lise Lanot, publié le 20/02/2020