AccueilSociété

Brésil : une députée agressée sexuellement en pleine assemblée législative

Publié le

par Astrid Van Laer

© Capture d’écran

Isa Penna se bat vigoureusement depuis deux mois pour que le harcèlement sexuel ne soit plus normalisé.

Les images sont à peine croyables : en plein vote du budget de l’État dans l’enceinte de l’assemblée législative à São Paulo, un député s’est permis de toucher les seins d’une élue. Toute la scène, qui s’est déroulée le 17 décembre dernier, a été filmée par les caméras installées dans l’assemblée.

On y aperçoit Isa Penna en train de s’entretenir avec l’un des présidents de l’assemblée, lorsque Fernando Cury, après une discussion avec ses homologues, vient se mettre derrière elle et lui touche la poitrine. L’élue le repousse avec fermeté et à plusieurs reprises, ce qui ne semble pas le déranger, puisqu’on voit clairement sur les images qu’il insiste.

"J’ai été publiquement harcelée par le député Fernando Cury en plein vote sur le budget de l’État à [l’Assemblée], hier soir", avait tout de suite écrit sur les réseaux sociaux Isa Penna.

"Le combat continue"

Fernando Cury s’était défendu en niant les faits et en évoquant un "petit câlin rapide et superficiel". "Ce n’était pas un câlin ! C’était du harcèlement sexuel", lui avait rétorqué Isa Penna, exhortant le Conseil d’éthique de l’Assemblée à "traiter le cas de toute urgence".

Pour l’heure, pas moins de deux mois après les faits, Fernando Cury n’a toujours pas été inquiété. Le 10 février, Isa Penna, qui a lancé une pétition pour demander la destitution de Fernando Cury de son mandat de député et qui a fait de la non-banalisation du harcèlement un objectif, a toutefois fait savoir par le biais d’une publication sur Twitter que les choses étaient en train de bouger.

Elle a annoncé que le Conseil d’éthique avait accepté sa plainte pour harcèlement "à l’unanimité". "Ce qui signifie que la plainte sera examinée et discutée par le Conseil lui-même", avait-elle précisé, ouvrant la voie à une possible sanction du député, avant d’ajouter : "Le combat continue pour qu’il n’y ait pas d’impunité dans cette affaire !"

À voir aussi sur news :