AccueilPlanète

Brésil : des ultra-conservateurs tentent d'empêcher l'avortement d'une fillette violée

Publié le

par Lila Blumberg

© Sergio LIMA / AFP

Et ce malgré l'autorisation de la justice...

Dimanche 16 août, à Recife, dans le nord-est du Brésil, une enfant de 10 ans, enceinte après avoir été violée par son oncle, a été admise à l’hôpital. La fillette a été conduite sous escorte pour la protéger de militants anti-avortement qui étaient réunis devant l’établissement pour tenter d’empêcher l’interruption de sa grossesse.

Violée depuis plusieurs années

La petite fille de 10 ans a confié que son oncle, âgé de 33 ans, abusait d’elle depuis ses 6 ans, rapporte El País Brasil. Si l’avortement demeure en principe illégal au Brésil, la loi permet d’interrompre une grossesse en cas de viol. C’est exactement ce que la justice a décidé après que la fillette a exprimé sa volonté d’interrompre sa grossesse.

De son côté, Damares Alves, la ministre brésilienne des Droits de l’homme, de la Famille et des Femmes, également pasteur évangélique, a déploré cette décision autorisant l’interruption de grossesse de l’enfant.

La militante anti-avortement Sara Giromini alias Sara Winter a par la suite divulgué, sur les réseaux sociaux, l’identité de la fillette et le lieu où l’enfant serait prise en charge pour son avortement.

Cette exposition de la petite fille, constitutive d'"une violation du statut de l’enfant et de l’adolescent", a permis à de nombreux militants anti-avortement et religieux de se réunir devant l’hôpital, en dépit de l’autorisation accordée par la justice.

Voir cette publication sur Instagram

ABSURDO! Sara Winter e os que se dizem pró vida acabam de cometer mais uma violência e mostraram que na verdade são pró estupro e pró morte. Dessa vez, contra a dignidade e a vida da menina de apenas 10 anos que engravidou após ser estuprada pelo próprio tio desde os 6. Ao divulgar o nome e endereço do hospital que realizaria aborto após autorização judicial, Sarah Winter convocou pessoas que ficaram gritando em frente à porta do hospital e acabaram de tentaram invadi-lo. Gravidez infantil é tortura e mata! É muita falta de humanidade cometer mais uma violência com uma menina que foi que estuprada quase metade da vida. Em defesa da vida de meninas e mulheres, cobramos que medidas sejam tomadas para garantir os direitos e a segurança dessa criança. Que Sara Winter seja responsabilizada por mais essa violação e atentado contra vidas inocentes. #GravidezAos10Mata #GravidezInfantilÉTortura

Une publication partagée par Instituto Marielle Franco (@institutomariellefranco) le

L’homme a été arrêté

La fillette, après avoir essuyé les refus des hôpitaux d’Espírito Santo (état dont elle est originaire), pour des raisons "techniques", a pu être prise en charge au Cisam (Centro Integrado de Saúde Amaury de Medeiros), où elle a pu pénétrer discrètement avec sa grand-mère et avec l’aide du personnel de l’hôpital.

De leur côté, les médecins du Cisam, qui est une "référence étatique dans ce type de procédure et d’accueil des victimes de violences sexuelles", ont dû faire face à des militants criant "Meurtriers !" devant l’établissement.

Lundi, la justice a ordonné aux réseaux sociaux de supprimer les publications divulguant les informations sur la victime. Le juge a considéré que "les données publiées ont causé un embarras supplémentaire à la fillette de 10 ans, qui est tombée enceinte à la suite du viol commis par son oncle".

Mardi matin, l’oncle de la petite fille a été mis en examen pour viol et arrêté.

Pour rappel, Jair Bolsonaro a déclaré le 23 avril dernier : "Tant que je serai président, il n’y aura pas de [légalisation de l’IVG]…"

À voir aussi sur news :