(c) Saeed KHAN / AFP

Australie : des milliers d’écoliers sèchent les cours pour défendre le climat

Une jeunesse éclairée.

(c) Saeed KHAN / AFP

En France les adultes mettent des gilets jaunes pour protester contre la hausse du coût de la vie et la montée des prix du carburant. À l’autre bout du monde, en Australie, ce sont les ados qui sont dans la rue, avec des revendications très différentes de celles qui occupent l’Hexagone.

Publicité

Ce vendredi 30 novembre, des milliers d’écoliers se sont donné rendez-vous dans une trentaine de villes en Australie parmi lesquelles Melbourne, Perth ou encore Brisbane. Ils font l’école buissonnière pour tenter de faire pression sur le gouvernement de Scott Morrison. Ils réclament des mesures de plus grande envergure pour lutter contre le réchauffement climatique.

"J’ai vu des 'cabinets' plus intelligents chez Ikea", pouvait-on lire sur l’une des pancartes brandies par l’équipée d’adolescents. En anglais "cabinet" désigne à la fois un placard et un gouvernement. Selon CNN, ils étaient environ 15 000 élèves de primaire, collège ou lycée à manifester à travers le pays. Sur d’autres affiches, ils avaient inscrit : "Procrastiner, c’est notre boulot pas le vôtre !"

Publicité

Les rassemblements de ce vendredi se situaient dans le prolongement d’autres manifestations qui se sont tenues un peu plus tôt cette semaine à Canberra, la capitale, ou encore à Hobart sur l’île de Tasmanie.

C’est la grève pour le climat

Interrogés par CNN, certains jeunes ont cité en exemple l’action de la jeune militante suédoise Greta Thunberg. Cette adolescente de 15 ans, autiste Asperger, avait décidé de sécher les cours pour faire un sit-in devant le Parlement et alerter les adultes sur l’urgence climatique. Elle nous expliquait :

Publicité

La jeune fille, qui a appelé ses followers à protester, suit avec attention la situation en Australie. Elle a apporté son soutien aux lycéens.

"Il est l’heure de se coucher en Suède mais en Australie c’est déjà le matin et le 30 novembre. Je te soutiens Australie. Nous sommes avec toi."

Publicité

Des jeunes inquiets pour leur avenir

Interrogés par un reporter de CNN, deux jeunes de 14 ans ont fait part de leurs inquiétudes : "Aller à l’école ne va rien changer au réchauffement climatique. Et on n’a pas l’impression que nos hommes politiques fassent quoi que ce soit, ou que ce soit suffisant."

Fraîchement nommé à la tête du gouvernement, Scott Morrison n’a pas très bien pris cette "grève" de la jeunesse en faveur du climat. Devant le Parlement, il a déclaré : "ce dont nous avons besoin, c’est un peu plus de travail scolaire et un peu moins d’activisme." Un avis partagé par le ministre de l’Industrie : "La seule chose que vous trouverez dans ces manifestations, c’est la direction de Pôle emploi." Pas sûr que ce soit la meilleure manière de répondre à une jeunesse qui manifeste pacifiquement et dont il convient de saluer l’incroyable maturité.

Parmi les préoccupations de ces jeunes gens, un projet de mine de charbon géante qui menacerait encore un peu plus la barrière de corail déjà sérieusement endommagée. À l’approche de la COP24 qui doit débuter lundi 3 décembre à Katowice en Pologne, ces élèves se disent également préoccupés par l’échec de la COP21, premier sommet international pour le climat.

Nul doute que cette réunion qui est censée réanimer l’Accord de Paris sera suivie avec attention.

Par Clothilde Bru, publié le 30/11/2018

Copié

Pour vous :