AccueilSociété

Au Mexique, la sanglante découverte du premier bateau d'esclaves mayas

Publié le

par Benjamin Bruel

(c) Institut national d’anthropologie et d’histoire de Mexico

Bien après l'abolition de l'esclavage au Mexique, des bateaux conduisant des esclaves mayas ont continué de transiter vers Cuba.

Pour la première fois, la carcasse d’un bateau à vapeur, qui transportait des esclaves mayas au milieu du XIXe siècle, a été découverte au fond du golfe du Mexique. C’est aussi la preuve que l’esclavage de natifs américains a perduré après son abolition au Mexique, qui avait été décidée en 1927.

Le bateau a été découvert en 2017, à quatre kilomètres du port de Sisal. Il aura fallu trois ans aux archéologues de l’institut national d’anthropologie et d’histoire de Mexico pour analyser l’épave et identifier le bâtiment, à l’aide de documents historiques, et découvrir qu’il s’agissait d’un navire à vapeur nommé "La Union".

Celui-ci avait été utilisé pour capturer et transporter des Mayas s’étant rebellés durant la "Guerre des castes", un conflit civil ayant eu lieu à partir de 1847 et qui aboutit au massacre de la population maya. Il s’agit de la dernière révolte indigène de l’Amérique du Nord et le gouvernement mexicain n’y mit fin, dans le sang, qu’en 1901.

Dans "La Union", 25 à 30 prisonniers mayas étaient transportés chaque mois à Cuba, où on les forçait à travailler dans les champs de cannes à sucre. L’esclavage était alors illégal au Mexique, mais des études ultérieures avaient déjà montré que des Mayas avaient été forcés au travail durant cette période, signant des contrats que l’on pourrait qualifier de factices. "Chaque esclave a été vendu pour 25 pesos à des intermédiaires, qui les revendaient à La Havane au prix de 160 pesos pour un homme et 120 pesos pour une femme", explique l’archéologue Helena Barba-Meinecke dans un communiqué de presse, traduit en anglais et publié par CNN.

Le bateau négrier coula en 1861, suite à l’explosion de ses chaudières, à proximité des côtes de Sisal, dans le Yucatán. Des sources écrites contemporaines au naufrage viennent confirmer son identité, précisent les archéologues. Notamment l’arrestation temporaire du bateau, en 1860, pour le transport de 29 Mayas, dont des enfants de sept ans.

À voir aussi sur news :