AccueilSociété

Amazon France retire de la vente des poupées sexuelles à l'effigie d'enfants

Publié le

par Clothilde Bru

© picture alliance / Getty Images

Suite aux signalements de plusieurs associations de protection de l'enfance.

Lundi 17 août, le secrétaire d’État chargé de l’enfance et des familles, Adrien Taquet, a salué la décision d’Amazon France de supprimer plusieurs produits de son catalogue en ligne. Suite à plusieurs signalements, le géant américain a retiré de la vente des poupées sexuelles à l’effigie d’enfants.

En effet, les liens relayés par plusieurs associations de protection de l’enfance ne sont, à ce jour, plus cliquables.

Jusqu’à il y a quelques heures, Amazon proposait dans son catalogue de vente des poupées à la "poitrine plate" ou au "vagin vierge". C’est l’association Wanted Pedo qui aurait donné l’alerte, le 14 août dernier. Sur son site Internet, elle raconte avoir découvert "une trentaine de poupées représentant sans ambiguïté des enfants (filles exclusivement) […] avec des prix variant de 100 € à 1 000 € environ".

C’est grâce à la mobilisation des internautes qui ont multiplié les signalements sur la plateforme gouvernementale internet-signalement.gouv.fr, que ces objets ne sont aujourd’hui plus disponibles à la vente. Comme le rappelle L’Association internationale des victimes de l’inceste (AIVI) sur Twitter, c’est déjà grâce à la mobilisation citoyenne qu’Amazon UK avait retiré de son catalogue des poupées similaires en 2018.

Le problème semble donc récurrent. Comme le précise Le Dauphiné libéré, il existe un vide juridique sur ce type de commercialisations. La loi française n’a tout bonnement pas envisagé le cas des poupées gonflables en forme d’enfants.

"La protection des enfants et adolescents est une priorité pour nous. Tous les vendeurs partenaires sont tenus de suivre nos politiques de vente et toute infraction entraîne l’application de mesures appropriées, lesquelles comprennent notamment la suppression potentielle du compte du vendeur", a par ailleurs fait savoir Amazon dans un message adressé à l'AFP.

À voir aussi sur news :