À gauche : © THOMAS SAMSON / AFP
À droite : © Alain JOCARD / AFP

Affaire Griveaux : quand Christophe Castaner tacle Olivier Faure sur "ses divorces"

Il s'est dit "assez étonné" de ses "leçons de morale".

L’affaire Griveaux n’en finit plus de susciter des réactions de personnalités politiques. Invité sur France Inter lundi 17 février, le premier secrétaire du PS Olivier Faure avait commenté l’envoi de vidéos à caractère sexuel par l’ancien candidat LREM à la mairie de Paris, Benjamin Griveaux.

Il avait d’abord condamné la diffusion de ces images et plus globalement de la pratique du "revenge porn". Avant d’ajouter, "malgré tout", qu'"un ministère qui considère qu’il peut se livrer à ce type d’envois, c’est la preuve d’une légèreté incroyable".

Publicité

Et le député socialiste de la 11e circonscription de Seine-et-Marne avait poursuivi : "Aujourd’hui, quand vous êtes un décideur public, un ministre, vous devez prendre toutes les précautions d’usage pour ne jamais être à portée des maîtres-chanteurs." Il préconisait de "ne jamais se rendre vulnérable", arguant : "Quand vous êtes un décideur, vous ne pouvez pas laisser penser que vous êtes vulnérable."

"J’invite la classe politique à beaucoup de modestie"

Des propos qui n’ont pas plu au ministre de la majorité, Christophe Castaner. Invité à réagir au sujet de l’affaire sur la même station, il a d’abord rétorqué : "Les politiques, il faut qu’ils restent des femmes et des hommes sinon ils sont aussi coupés de la réalité. […] Il faut accepter nos forces, nos fragilités et ne pas prétendre qu’on [est] des super-héros. […] Et moi, j’invite la classe politique à beaucoup de modestie", a-t-il ensuite lancé, expliquant :

"J’ai été surpris d’entendre Olivier Faure ici à votre micro. Je [le] connais bien à titre personnel depuis longtemps. Je l’ai accompagné dans ses divorces, dans ses séparations."

Publicité

Et de conclure : "Et c’est vrai que j’ai entendu en étant assez étonné ses leçons de morale."

"Un professionnel de l’attaque minable"

De l’élu LR Bruno Retailleau, qui a taclé la "bassesse" de Christophe Castaner, à l’ancien ministre socialiste Patrick Kanner qui l’a qualifié de "professionnel de l’attaque minable" en passant par le député RN Gilbert Collard, cette attaque ad hominem n’a pas manqué de faire réagir plusieurs personnalités politiques diverses.

Publicité

Publicité

L’année dernière, Olivier Faure avait pour sa part critiqué Christophe Castaner. Il avait fustigé ses annonces "entre deux verres", évoquant la diffusion d’une vidéo de ce dernier éméché en boîte de nuit. Il avait ainsi lancé :

"Imaginez qu’à l’heure où il était en boîte de nuit, il y ait eu un attentat. Imaginez qu’on l’ait retrouvé à moitié soûl. Mais enfin, vraiment, de quoi parle-t-on ? Enfin, il y a quand même une dignité à assumer."

En début d'après-midi, le ministre a réagi à la polémique naissante et déclaré qu'il n'y avait "ni menace ni attaque personnelle dans [s]on propos" :

Article publié le 19 février à 13h06 et modifié à 14h35 avec ajout de la réaction de Christophe Castaner.

Par Astrid Van Laer, publié le 19/02/2020