AccueilSociété

À Paris, une "marche blanche" en mémoire des deux jeunes tués par un policier sur le Pont-Neuf

Publié le

par Eve Chenu

Le policier ayant ouvert le feu a été mis en examen pour "homicide volontaire".

À Paris, une "marche blanche" en mémoire des deux jeunes tués par un policier sur le Pont-Neuf

© Reuters

Plusieurs centaines de personnes ont participé mercredi à Paris à une marche blanche en mémoire des deux hommes tués par un policier alors qu’ils auraient forcé un contrôle la semaine dernière sur le Pont-Neuf, a constaté un journaliste de l’AFP.

Le cortège, emmené par des membres de la famille des deux victimes, s’est élancé dans le silence de la place Henri Matisse, dans le XXe arrondissement de la capitale. Beaucoup de manifestants portaient des T-shirts blancs avec l’inscription "Boubacar et Fadigui, on n’oubliera pas".

La manifestation a ensuite pris le boulevard Ménilmontant pour se rendre rue de l’Orillon, où les deux hommes, âgés de 25 et 31 ans, sont nés et ont grandi. "Le mot d’ordre, c’est l’apaisement, le recueillement", a déclaré lors d’une courte prise de parole Issa Coulibaly, un proche.

Dans la nuit du 24 au 25 avril, un policier de la Compagnie de sécurisation de la Cité (CSC), armé d’un fusil d’assaut, a ouvert le feu sur le conducteur d’une voiture et son passager qui auraient tenté de se soustraire à un contrôle sur le Pont-Neuf à Paris. Les deux hommes sont décédés sur place tandis qu’un troisième passager du véhicule a été blessé. Le gardien de la paix, âgé de 24 ans, a été mis en examen, notamment pour "homicide volontaire" concernant le conducteur, et placé sous contrôle judiciaire.

Cette qualification a provoqué de vives réactions au sein de la police. À l’appel de plusieurs syndicats, dont Alliance, plus d’un millier de fonctionnaires en colère ont manifesté lundi à Paris et dans plusieurs villes en régions pour réclamer notamment une "présomption de légitime défense" pour les policiers.

"Contrairement à ce qui a été dit ces derniers jours, la mise en examen pour homicide volontaire est parfaitement logique et justifiée", a affirmé mercredi Me Hahn de Bykhovetz, dont le cabinet conseille la famille des deux victimes. "La seule chose à laquelle la famille aspire est la manifestation de la vérité", a-t-elle ajouté.

Le député LFI Éric Coquerel, la conseillère municipale du XXe arrondissement Danielle Simonnet (LFI) et la militante contre les violences policières Assa Traoré ont participé à la marche.

Konbini news avec AFP.

À voir aussi sur news :