AccueilPlanète

À cause des selfies de touristes, des gorilles ont été contaminés au Covid-19

Publié le

par Ana Corderot

© Julian Stratenschulte/picture alliance via Getty Images

À San Diego, huit gorilles ont été testés positifs. Les scientifiques avertissent sur les gestes barrières à respecter.

Une nouvelle étude, réalisée par les scientifiques de l’Oxford Brookes University, a révélé une corrélation entre les touristes qui essayaient de prendre des photos avec des gorilles et la propagation du Covid-19 des humains vers les animaux. Si nous savons déjà que certains animaux peuvent contracter la maladie – c’est le cas notamment de huit gorilles d’un zoo à San Diego –, les gestes barrières chez les touristes ne sont toujours pas respectés.

Dans un article publié dans la revue universitaire People and Nature, les scientifiques évoquent la réalité de ce risque. Après avoir analysé des centaines de photos de touristes rendant visite à des gorilles de l’est du continent africain, ces derniers ont observé que la plupart des touristes ne gardaient pas leurs distances ou ne portaient pas de masque.

Pour réunir ces preuves, les chercheur·se·s se sont concentré·e·s sur les résultats de deux hashtags Instagram : #GorillaTrekking et #GorillaTracking. Sur les 18 000 photos rassemblées, 858 montraient des personnes avec des gorilles. En analysant les photos de plus près, les universitaires ont remarqué que dans 86 % des cas, les images montraient les personnes à moins de quatre mètres des gorilles et que seulement 3 % des touristes étaient à plus de sept mètres.

Une faune en danger

Dans un communiqué de presse, Magdalena Svensson, l’une des professeures et chercheuses en conservation de la faune à l’Oxford Brookes University, a alerté sur les habitudes de ces touristes et leurs conséquences néfastes :

"Voir les selfies d’autres personnes avec la faune encourage les autres à s’en approcher pour obtenir la photo parfaite, ce qui, a fortiori, normalise la proximité avec les animaux sauvages. […] Dans les photos que nous avons analysées, nous avons constaté que les masques de protection étaient rarement portés par les touristes. Cela augmente alors le potentiel de transmission de maladies entre les personnes et les gorilles auxquels elles rendent visite."

Seulement voilà, il reste environ 1 000 gorilles de montagne à l’état sauvage et si l’on continue comme cela, il n’y en aura plus. C’est pourquoi, comme le propose le directeur de cette étude, Gaspard Van Hamme, il est vital de statuer des règles sanitaires précises dans les zoos et réserves naturelles pour qu’à terme la faune ne soit pas davantage mise en péril.

À voir aussi sur news :