©LOÏC HOFSTEDT / AFPTV / AFP

À Bruxelles, la croisade enflammée de Tim Cook pour le respect de la vie privée

Apple torpille sans les citer Facebook, Google et Amazon.

Mercredi 24 octobre, à l'occasion de la 40e Conférence internationale des commissaires à la protection des données et de la vie privée, Tim Cook, patron d'Apple, s'est exprimé devant le Parlement européen. 

Publicité

C'est peu dire qu'il était en forme et remonté. "Nos données personnelles, a-t-il déclaré, des plus banales aux plus intimes, sont utilisées comme des armes dirigées contre nous, avec une efficacité militaire". Et boum !

Sur le fond, nulle surprise.

Apple s'est toujours engagé à respecter et protéger la vie privée de ses utilisateurs, lui donnant l'occasion de tacles savoureux et répétés envers Facebook, Google et Amazon, dont les modèles respectifs de gratuité – surtout pour les deux premiers – les incitent nécessairement à vouloir tout connaître de leurs utilisateurs pour entretenir l'écosystème des publicités ciblées.

Publicité

Sur la forme, la tribune fera date.

Jusque-là, cette divergence pourtant fondamentale entre Apple et les autres géants était surtout connue des initiés. Parce qu'il déclare ouvertement sa flamme au respect des données personnelles devant les membres du Parlement européen (archi séduits, il va sans dire), et parce que tous les médias ne peuvent faire autrement que de relayer la croisade, Apple flanque une rouste publique et monumentale au business model de ses meilleurs ennemis.

Histoire d'enfoncer le clou, Tim Cook s'est aussi montré favorable à l'adoption d'une transposition du RGPD aux États-Unis. L'idylle ne pouvait pas mieux tourner entre Apple et l'Europe, faisant presque oublier de précédentes bisbilles fiscales.

Publicité

Par Pierre Schneidermann, publié le 25/10/2018

Copié

Pour vous :