Montage Stephane Cardinale – Corbis / The Washington Post / Anne-Christine POUJOULAT – AFP

90 personnalités demandent à Macron de condamner l'agression d'une femme voilée

"Jusqu’où laisserons-nous passer la haine des musulmans ?"

Dans une tribune publiée dans Le Monde, 90 personnalités dont Rokhaya Diallo, Marina Foïs, Omar Sy, Géraldine Nakache ou encore Pénélope Bagieu, demandent urgemment à Emmanuel Macron et au gouvernement français de "condamner publiquement l’agression dont une femme a été victime devant son propre fils ; de dire, avec force, que les femmes musulmanes, portant le foulard ou non, et les musulmans en général ont toute leur place dans notre société […]".

Le collectif dénonce l’incident qui s’est déroulé le 11 octobre dernier lors de l’assemblée plénière du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, à Dijon.

Publicité

Julien Odoul, président du groupe d’extrême droite Rassemblement national de ce conseil régional, a demandé à la présidente de région, la socialiste Marie-Guite Dufay, qu’une mère de famille accompagnant un groupe scolaire retire son voile "au nom de nos principes laïcs". Il a même ajouté que l’on "ne peut pas débuter la session par une minute de silence pour les victimes de la Préfecture de police et accepter ça."

Comme l’a fait savoir la présidente du conseil régional et comme le rappelle le collectif dans sa tribune, "rien, ni dans le règlement ni dans la loi, ne justifiait que cette femme soit poussée vers la sortie de l’assemblée régionale. Elle avait tout à fait le droit d’y être, vêtue de son foulard. Cette scène, ces mots, ce comportement sont d’une violence et d’une haine inouïes. Mais par notre lâcheté, par nos renoncements, nous avons contribué, petit à petit, à les laisser passer, à les accepter."

Ces mots ont été "d’une violence et d’une haine inouïes" pour cette femme, pour les enfants et les instituteurs présents. Mais "ils le sont encore plus pour le fils de cette femme, qui a assisté, impuissant, à l’humiliation de sa propre mère".

Publicité

Publicité

"Où est l’indignation générale ?"

Les 90 personnalités soulignent que si "l’extrême droite a fait de la haine contre les musulmans un outil majeur de sa propagande", elle n’en a pas le monopole. En effet, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a récemment affirmé que le port du foulard par des mères d’élèves accompagnant bénévolement des sorties scolaires était une forme de "prosélytisme" et de "communautarisme".

Les signataires rappellent que "des membres de la droite et de la gauche dites républicaines n’hésitent pas à stigmatiser les musulmans, et en premier lieu les femmes portant le voile, souvent au nom de la laïcité".

Par Lila Blumberg, publié le 15/10/2019

Copié

Pour vous :